Suite

Zoom sur une entité vectorielle dans une couche vectorielle

Zoom sur une entité vectorielle dans une couche vectorielle


J'utilise OpenLayers+GeoServer et j'ai une couche vectorielle dans une carte avec certaines caractéristiques que j'aimerais faire un zoom et afficher la carte centrée sur l'une de ces caractéristiques que je peux obtenir par ID. Comment faire cette opération ?


Zoom sur une entité vectorielle dans une couche vectorielle - Systèmes d'information géographique

Effectuer une substitution de lecteur

Effectuer une substitution de lecteur pour créer les lecteurs virtuels L et M.

    Récupérer le document cartographique create_f_layer.mxd. Enregistrez-le dans votre répertoire personnel.

Interroger une couche pour sélectionner un sous-ensemble d'entités

Les opérations d'éclaircie forestière ont généralement lieu au début du cycle de vie d'un peuplement forestier. Dans cet exercice, créez une classe d'entités à partir du des stands Couche (couverture ArcInfo) constituée uniquement de peuplements âgés de 15 à 30 ans.

    Dans le menu, sélectionnez Sélection > Sélectionner par attributs. La boîte de dialogue s'ouvrira.

  1. Double-cliquez AGE_2003 dans la liste des Des champs: (ne pas mélanger avec le AGE_CLASS_2003).
  2. Clique le plus grand que () et tapez le numéro 15.
  3. Cliquez une fois sur le et bouton ().
  4. Double-cliquez sur le AGE_2003 domaine.
  5. Cliquez une fois sur le moins que () et entrez le numéro 30.

Notez que l'instruction select lit SELECT * FROM stands.polygon O : "AGE_2003" > 15 ET "AGE_2003" < 30.
Notez également que le Méthode est Créer une nouvelle sélection, qui ignorera toutes les sélections existantes et sélectionnera tous les enregistrements correspondant aux conditions de la requête.

Si votre instruction select se lit différemment, supprimez le contenu du contrôle d'expression et saisissez à nouveau les données.

Vous venez de sélectionner un ensemble d'entités à partir d'une couche de polygones. Vous utiliserez cet ensemble d'entités à l'étape suivante pour créer une nouvelle couche composée uniquement de ces entités.

Convertir l'ensemble d'entités sélectionné en un fichier de formes

  1. Pour convertir cet ensemble sélectionné en un fichier de formes, cliquez avec le bouton droit sur le nom du calque et sélectionnez Données > Exporter les données.

  2. Enregistrez le jeu de données sous stands_15_30 dans votre géodatabase sur le lecteur M (conservez le choix du système de coordonnées par défaut).

Vous verrez le Progression de l'exportation dialogue.

Vous venez de prendre un ensemble d'entités sélectionnées et de créer un nouveau fichier de formes composé uniquement de ces entités. Utilisez cette technique chaque fois que vous souhaitez créer un sous-ensemble d'entités à partir d'une couche. Parfois, vous avez besoin d'un jeu de données plus petit pour une zone spatiale spécifique ou d'un ensemble d'entités ayant une valeur attributaire spécifique.

Créer une nouvelle classe d'entités dans la géodatabase et modifier sa légende

Ensuite, créez une nouvelle couche qui représentera quatre unités de gestion de ponceaux différentes. Chaque unité de gestion sera utilisée pour planifier l'inspection annuelle de routine et l'entretien des ponceaux sur la forêt.

    Activer le ponceaux trame de données.

Cliquez sur SUIVANT pour entrer dans le réglage suivant. Vous pouvez choisir votre projection dans la page suivante.

Vous venez de créer un nouveau fichier de formes de polygones (vide). La légende a également été changée en un symbole transparent afin que vous puissiez voir les caractéristiques sous-jacentes.

Modifier la table attributaire

    Si vous souhaitez avoir vos propres champs attributaires, ceux-ci doivent être ajoutés à la table attributaire. Cliquez avec le bouton droit sur le calque et sélectionnez Ouvrir la table attributaire.

  1. Appeler le nouveau champ ins_saison (pour la "saison d'inspection").
  2. Sélectionner Texte comme type de données
  3. Entrer 10 pour la longueur du champ.

    Cliquez sur le bouton de la barre d'outils Editeur est à côté de la barre d'échelle dans le menu.

Définir l'environnement de capture

L'accrochage est un contrôle important dans l'environnement. Cela garantira que les caractéristiques s'accrochent les unes aux autres et que les pendules, les dépassements, les espaces ou les éclats sont évités.

    Le Tolérance d'accrochage L'outil vous permettra de définir de manière interactive une distance d'accrochage. Ajouter le Tolérance d'accrochage l'outil à la barre d'outils d'édition. Pour ce faire, sélectionnez Personnaliser du Outils menu.

Ajouter des entités et des attributs à la nouvelle couche

    Si vous ouvrez les outils de l'éditeur, sélectionnez "Commencer l'édition", et vous devez sélectionner la cible à modifier. Sélectionner ponceau_inv couche et la fenêtre contextuelle lancera la fenêtre d'édition pour ajouter de nouvelles fonctionnalités.

Une fois l'entité surfacique ajoutée, vous la verrez sélectionnée avec le symbole de sélection par défaut. Pour sélectionner une fonction en mode édition, utilisez le Éditer l'outil et cliquez sur le bord de l'entité. Si le polygone est incorrect, appuyez sur le bouton <SUPPRIMER> clé pour le retirer.

Les prochaines étapes consisteront à ajouter de nouveaux polygones avec l'option de saisie semi-automatique.

Vous ne devez jamais essayer de numériser sur des bords existants, car il est probable que vous créerez des espaces ou des éclats. La saisie semi-automatique fait partie des outils de topologie. Pour accéder à la topologie, clic droit de la souris dans le menu, sélectionnez le Topologie barre d'outils et ancrez la barre d'outils près de Éditeur Barre d'outils.

Pour terminer le nouveau polygone adjacent, double-cliquez à nouveau dans le premier polygone. N'essayez pas de revenir au nœud de départ du polygone, cliquez simplement à l'intérieur du polygone d'origine comme indiqué ci-dessous. Toutes les lignes de dépassement seront automatiquement supprimées et la limite commune sera dupliquée.

Vous venez d'ajouter plusieurs entités surfaciques à une nouvelle couche de polygones. Il est particulièrement important d'utiliser le Saisie semi-automatique de polygone outil, qui vous permettra de créer de nouveaux polygones adjacents à des polygones existants, sans avoir besoin de retracer la limite commune.

Modifier des fonctionnalités avec Split and Merge

Supposons que maintenant il a été décidé que L'été est une saison trop chargée pour effectuer l'entretien des ponceaux. Par conséquent, la L'été polygone doit être divisé et fusionné avec des polygones adjacents. Certains des ponceaux seront placés dans le Automne polygone, et certains dans Le printemps.

    Tout d'abord, enregistrez vos modifications actuelles (Éditeur > Enregistrer les modifications) et Fichier > Enregistrer.

Vous verrez que le polygone est sélectionné. Afin de diviser une caractéristique, il est nécessaire que la caractéristique soit sélectionnée.

Vous venez d'utiliser la division et la fusion pour modifier les coordonnées et les parties tabulaires du calque que vous avez créé dans la tâche précédente.

Le fractionnement et la fusion de polygones peuvent être utilisés lorsque des zones ou des patchs changent de forme ou de taille. Par exemple, si un ensemble de peuplements forestiers contigus est récolté, il peut être réuni en un seul nouveau peuplement. Si un seul peuplement forestier développe des caractéristiques différentes au fil du temps, il peut être divisé en plusieurs polygones différents.

Arrêtez de modifier et enregistrez vos modifications

    Lorsque vous êtes satisfait de vos modifications, sélectionnez Éditeur > Arrêter l'édition. Cliquez sur Oui dans le sauver dialogue.

Enregistrez fréquemment vos modifications, même si vous n'arrêtez pas d'éditer. Il faut beaucoup moins de temps pour arrêter et enregistrer vos modifications que pour recréer un jeu de données au cas où ArcMap se bloquerait pendant votre session d'édition (notez que cela m'est arrivé lors de la création de ces instructions !).

Créer une nouvelle couche de points

La création de couches de points est similaire (mais moins compliquée) à la création de couches de polygones, sauf que des outils graphiques de points et de lignes sont utilisés, plutôt que des outils d'édition de polygones. Les tables d'attributs sont modifiées exactement de la même manière.

    Créez un nouveau bloc de données. Renommer le bloc de données de Traversées.

Pour le point que j'ai choisi, il n'y avait pas de nom pour le flux, j'ai donc laissé la valeur vide.

    Créez un nouveau bloc de données appelé De nouvelles routes.

Vous devrez peut-être effectuer un zoom avant et arrière lorsque vous ajoutez des fonctionnalités ou utilisez la loupe.

Créer une couche de polygones de peuplements

    Créez un nouveau bloc de données appelé Numérisation de stand et ajoutez le même calque d'image orthophoto que vous avez ajouté à la dernière étape. La façon la plus simple de le faire est de faire un clic droit sur l'orthophoto dans le De nouvelles routes bloc de données et sélectionnez Copie. Puis faites un clic droit sur le Numérisation de stand bloc de données et sélectionnez Coller le(s) calque(s).


3.2. Caractéristiques des points en détail¶

La première chose que nous devons réaliser lorsque nous parlons d'entités ponctuelles est que ce que nous décrivons comme un point dans le SIG est une question d'opinion et dépend souvent de l'échelle. regardons les villes par exemple. Si vous avez une carte à petite échelle (qui couvre une grande surface), il peut être judicieux de représenter une ville à l'aide d'une entité ponctuelle. Cependant, lorsque vous effectuez un zoom avant sur la carte, en vous déplaçant vers une plus grande échelle, il est plus logique d'afficher les limites de la ville sous forme de polygone.

Lorsque vous choisissez d'utiliser des points pour représenter une entité, c'est principalement une question d'échelle (à quelle distance êtes-vous de l'entité), de commodité (il faut moins de temps et d'efforts pour créer des entités ponctuelles que des entités surfaciques) et le type d'entité ( certaines choses comme les poteaux téléphoniques n'ont tout simplement pas de sens pour être stockées sous forme de polygones).

Comme nous le montrons dans l'illustration Fig. 3.14, une entité ponctuelle a une valeur X, Y et éventuellement, Z. Les valeurs X et Y dépendront de la Système de coordonnées de référence (CRS) en cours d'utilisation. Nous allons entrer plus en détail sur les systèmes de référence de coordonnées dans un didacticiel ultérieur. Pour l'instant, disons simplement qu'un SIR est un moyen de décrire avec précision où se trouve un endroit particulier à la surface de la terre. L'un des systèmes de référence les plus courants est Longitude et latitude. Les lignes de longitude vont du pôle Nord au pôle Sud. Les lignes de latitude vont d'est en ouest. Vous pouvez décrire précisément où vous vous trouvez à n'importe quel endroit de la terre en donnant à quelqu'un votre longitude (X) et votre latitude (Y). Si vous effectuez une mesure similaire pour un arbre ou un poteau téléphonique et que vous la marquez sur une carte, vous aurez créé une entité ponctuelle.

Puisque nous savons que la Terre n'est pas plate, il est souvent utile d'ajouter une valeur Z à une entité ponctuelle. Cela décrit à quelle hauteur vous êtes au-dessus du niveau de la mer.


NOAA ENC ® – Cartes de navigation électroniques

Les cartes électroniques de navigation (ENC) sont des ensembles de données vectorielles qui prennent en charge tous les types de navigation maritime. Conçues à l'origine pour les grands navires commerciaux utilisant un ordinateur de navigation sophistiqué appelé système d'affichage et d'information des cartes électroniques (ECDIS), les ENC sont désormais également utilisées sur des systèmes de cartes électroniques plus simples et des « traceurs de cartes » sur de nombreux types de navires et par les plaisanciers. Les ENC de la NOAA aident à fournir un positionnement des navires en temps réel, ainsi qu'à éviter les collisions et les échouages.

Les ENC de la NOAA sont conformes à la spécification de produit ENC de l'Organisation hydrographique internationale. Les ENC sont produites dans le monde entier par les agences hydrographiques ou cartographiques nationales de nombreux pays. La NOAA gère plus de 1 000 ensembles de données NOAA ENC & reg sur les eaux côtières des États-Unis et les Grands Lacs. L'US Army Corps of Engineers fabrique un produit similaire, appelé Inland ENC (IENC) pour de nombreuses rivières américaines.

Un membre d'équipage vérifie l'écran ECDIS d'un navire.

Un membre d'équipage vérifie l'écran ECDIS d'un navire.

Mises à jour pour les ENC

Des mises à jour gratuites pour les ENC de la NOAA sont disponibles chaque semaine, qui fournissent des changements critiques ainsi que l'ajout de routine de données nouvellement compilées, telles que des levés hydrographiques ou côtiers. La page NOAA Weekly Chart Updates montre les zones qui ont changé sur chaque ENC depuis la publication de sa dernière nouvelle édition.

Données ENC pour SIG

Les ENC fournissent également des cartes de base vectorielles à utiliser dans les systèmes d'information géographique (SIG) qui sont utilisés pour la gestion côtière et à d'autres fins. Le service NOAA ENC Direct to GIS prend en charge l'extraction de données ENC dans des formats pris en charge par SIG.

En plus des téléchargements gratuits de données ENC à partir de cette page Web, les ENC officielles de la NOAA peuvent également être obtenues auprès des distributeurs certifiés NOAA ENC (CED). Les distributeurs à valeur ajoutée certifiés NOAA ENC (CEVAD) fournissent des données de carte de navigation électronique (SENC) reformatées qui peuvent être ingérées directement dans un ECDIS.


L.esri.FeatureLayer

L.esri.FeatureLayer est utilisé pour visualiser, styliser, interroger et modifier des données géographiques vectorielles hébergées dans ArcGIS Online et publiées à l'aide d'ArcGIS Server. Le texte du droit d'auteur du service est ajouté automatiquement à l'attribution de la carte.

Les couches d'entités référencent une source de données individuelle dans un service de carte parent ou un service d'entités pouvant contenir plusieurs couches. Vous pouvez voir un exemple d'URL de service de carte ci-dessous :

Ce service particulier comprend deux sources de données différentes. L'URL de la couche d'entités 'Hurricane Tracks' se terminera par un nombre (représentant sa position parmi les autres couches).

Les URL de la couche d'entités se terminent toujours par un nombre (par exemple : /FeatureServer/ ou /MapServer/ ).

Vous pouvez créer un nouveau service d'entités vide avec une seule couche sur le site Web ArcGIS for Developers ou vous pouvez utiliser ArcGIS Online pour créer un service d'entités à partir d'un fichier CSV ou Shapefile.

L.esri.FeatureLayer divise l'étendue actuelle de la carte en une grille de cellules individuelles et les utilise pour lancer des requêtes afin de récupérer les entités à proximité. Cette technique est comparable à MODE_ONDEMAND dans l'API ArcGIS pour JavaScript.

Si vous souhaitez que votre FeatureLayer affiche la symbologie définie dans la carte ou le service d'entités, vous devez utiliser le plug-in Esri Leaflet Renderers.


Орматы данных ГИС. ормление и качество

Dans ce cours, le deuxième de la spécialisation Systèmes d'information géographique (SIG), vous approfondirez les types de données courants (tels que les données raster et vectorielles), les structures, la qualité et le stockage au cours de quatre modules d'une semaine :

Semaine 1 : En savoir plus sur les modèles et les formats de données, y compris une compréhension complète des données vectorielles et des concepts raster. Vous découvrirez également les implications de l'échelle des données et comment charger des couches à partir de services Web. Semaine 2 : créez un modèle de données vectorielles en utilisant des tables d'attributs vectoriels, en écrivant des chaînes de requête, en définissant des requêtes et en ajoutant et calculant des champs. Vous apprendrez également à créer de nouvelles données tout au long du processus de numérisation et vous utiliserez les outils d'édition intégrés dans ArcGIS. Semaine 3 : Découvrez les mécanismes de stockage de données courants dans les SIG, y compris les géodatabases et les fichiers de formes. Apprenez à choisir entre eux pour vos projets et comment les optimiser en termes de vitesse et de taille. Vous travaillerez également pour la première fois avec des rasters, en utilisant des modèles d'élévation numériques et en créant des produits d'analyse de pente et de distance. Semaine 4 : Explorer les ensembles de données et évaluer leur qualité et leur incertitude. Vous apprendrez également à transférer vos cartes et données sur Internet et à créer rapidement des cartes Web avec ArcGIS Online. Suivez Formats, conception et qualité des données SIG en tant que cours autonome ou dans le cadre de la spécialisation Systèmes d'information géographique (SIG). Vous devez avoir une expérience équivalente à celle du premier cours de cette spécialisation, Fondamentaux des SIG, avant de suivre ce cours. En complétant le deuxième cours de la spécialisation, vous acquerrez les compétences nécessaires pour réussir le programme complet.


6. Défi

Calculez la superficie totale de chaque type d'espace vert. Veuillez noter que nous ne pouvons pas simplement additionner les zones que nous avons calculées car il y a des polygones qui se chevauchent dans les types d'espaces verts.

Cliquez ici pour voir la solution

Pour résoudre le problème de chevauchement au sein des types d'espaces verts, nous pouvons utiliser st_union() sur chaque sf de la liste pour les fusionner tous en un seul multipolygone. Ensuite, nous pouvons calculer leur superficie en utilisant st_area() et enfin utiliser st_units() pour convertir en hectares.


Frontières civiles de l'État de New York

Pour plus d'informations, contactez l'Unité des terres et des limites du bureau du programme SIG du NYS à l'adresse [email protected]

Les données NYS Civil Boundaries sont disponibles sous forme de services Web ou de téléchargement de données

Comtés: un fichier SIG de polygone vectoriel de toutes les limites des comtés de l'État de New York. Le fichier était à l'origine une compilation de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:100 000 de l'U.S. Geological Survey et de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:24 000 et 1:75 000 du Département des transports du NYS. Les limites ont été révisées à une précision de position à l'échelle 1:24 000 et mises à jour de manière sélective en fonction des décisions de justice. Actuellement, des modifications de limites sont apportées au besoin en fonction de sources faisant autorité.

Comtés Rivage: un fichier SIG polygonal vectoriel des limites des comtés de l'État de New York jusqu'aux principales caractéristiques hydrographiques et utilisant les rives de celles-ci. Le fichier était à l'origine une compilation de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:100 000 de l'U.S. Geological Survey et de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:24 000 et 1:75 000 du NYS Department of Transportation. Les limites ont été révisées à une précision de position à l'échelle 1:24 000 et mises à jour de manière sélective en fonction des décisions de justice. Actuellement, des modifications de limites sont apportées au besoin en fonction de sources faisant autorité.

Grandes villes et villes: un fichier SIG de polygone vectoriel de toutes les limites des villes et villages de l'État de New York. Le fichier était à l'origine une compilation de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:100 000 de l'U.S. Geological Survey et de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:24 000 et 1:75 000 du NYS Department of Transportation. Les limites ont été révisées à une précision de position à l'échelle 1:24 000 et mises à jour de manière sélective en fonction des révisions des limites municipales, des décisions de justice et des dossiers de loi locale du département d'État du NYS pour les annexions, les dissolutions ou les incorporations. Actuellement, les modifications des limites sont effectuées sur la base des documents déposés par le département d'État du NYS (http://locallaws.dos.ny.gov/). Des mises à jour et des corrections supplémentaires sont apportées au besoin en partenariat avec les municipalités.

Villages: un fichier SIG vectoriel de polygones de toutes les limites des villages de l'État de New York. Le fichier était à l'origine une compilation de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:100 000 de l'U.S. Geological Survey et de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:24 000 et 1:75 000 du Département des transports du NYS. Les limites ont été révisées à une précision de position à l'échelle 1:24 000 et mises à jour de manière sélective en fonction des examens des limites municipales et des dossiers de loi locale du département d'État du NYS pour les annexions, les dissolutions ou les incorporations. Actuellement, les modifications des limites sont effectuées sur la base des documents déposés par le NYS Department of State Local Law (http://locallaws.dos.ny.gov/). Des mises à jour et des corrections supplémentaires sont apportées au besoin en partenariat avec les municipalités.

Territoires indiens: un fichier SIG de polygone vectoriel de toutes les limites du territoire indien dans l'État de New York. Le fichier était à l'origine une compilation de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:100 000 de l'U.S. Geological Survey et de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:24 000 et 1:75 000 du NYS Department of Transportation. Les limites ont été révisées à une précision de position à l'échelle 1:24 000. Actuellement, des modifications de limites sont apportées au besoin en fonction de sources faisant autorité.

État: un fichier SIG de polygone vectoriel de la frontière de l'État de New York. Le fichier était à l'origine une compilation de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:100 000 de l'U.S. Geological Survey et de fichiers vectoriels numériques à l'échelle 1:24 000 et 1:75 000 du NYS Department of Transportation. La limite a été révisée à une précision de position à l'échelle 1:24 000.

État du littoral: un fichier SIG de polygone vectoriel qui comprend 1) la frontière de l'État de New York sur les zones terrestres et 2) le littoral de l'État, y compris les îles, dans les zones où la frontière de l'État s'étend sur les principales caractéristiques hydrographiques. L'objectif est de fournir un " aperçu " de l'état pour les SIG et les utilisations cartographiques. Il peut être utilisé pour découper les limites dans les classes d'entités CitiesTowns and Counties de la géodatabase Civil Boundaries jusqu'au littoral si l'on souhaite utiliser ou représenter uniquement les zones terrestres couvertes par ces juridictions autour du périmètre de l'État. Les limites ont été révisées avec une précision à l'échelle 1:24 000. Les travaux en cours ajusteront les rives à une précision à l'échelle 1:24 000.


2 réponses 2

Le comportement attendu doit être fourni par l'application plutôt que par les services Android.

Je n'ai pas utilisé RMaps, mais j'utilise TrekBuddy qui utilise également des tuiles de carte hors ligne créées par MOBAC. La nature fonctionnelle du MOBAC et donc de ces applications qui dépendent de MOBAC fournit des tuiles de carte hors ligne en couches. Le niveau de zoom peut être stocké dans une couche ou différents types de cartes comme une image satellite, un terrain, une carte normale, etc. peuvent être stockés dans chaque couche.

Lorsque je crée des cartes hors ligne, je les crée à différents niveaux de zoom, disons (de 15 à 10) chacun dans un calque séparé, comme indiqué :

Les applications comme RMaps et Trekbuddy n'affichent qu'une couche à la fois. Pour simuler un zoom, il faut charger le calque avec un niveau de zoom plus élevé. Disons, par exemple, si je visualise actuellement une carte au niveau de zoom 10, afin de zoomer, je dois charger une couche pour le niveau de zoom 11 ou supérieur. Pour faciliter cette opération, Trekbuddy dispose d'une fonctionnalité appelée zoom facile, avec laquelle (une fois configuré correctement), une fois peut zoomer avec les touches à bascule du volume. Appuyez sur le volume vers le haut pour augmenter le volume et sur le volume vers le bas pour effectuer un zoom vers le bas. Cependant, comme prévu, cette fonctionnalité est intervenue avec la fonction d'augmentation et de diminution du volume et, par conséquent, il a été signalé qu'elle ne fonctionnait que sur quelques téléphones (ne fonctionnait pas sur le mien - un LG Optimus One exécutant Andorid 2.3.3/CM10).


Zoom sur une entité vectorielle dans une couche vectorielle - Systèmes d'information géographique

Ce projet montre comment utiliser GIBS comme source de tuiles pour OpenLayers, Leaflet, Cesium, Mapbox GL, Bing et Google Maps

Clonez le dépôt, puis :

La plupart des exemples montrent une seule couche. Visitez les produits d'imagerie disponibles GIBS pour les paramètres nécessaires à l'affichage d'autres couches.

La norme WMTS ne permet pas de sélectionner une heure ou une date spécifique pour une couche. GIBS a implémenté cette fonctionnalité de la manière suivante :

  • WMTS KVP : utilisez le paramètre TIME pour sélectionner un jour au format AAAA-MM-JJ.
  • WMTS REST : ajoutez le jour au format AAAA-MM-JJ entre le nom du style et le nom du jeu de matrices de tuiles

Voir les exemples "Rolling Seven Day Slider" pour plus d'informations.

Les points de terminaison Web Mercator renvoient une carte vierge au niveau de zoom zéro en raison d'un bogue dans le logiciel de mosaïque. Ce problème sera résolu dans le futur.

Certaines bibliothèques de mappage tenteront de récupérer des tuiles en dehors des limites de la matrice de tuiles. GIBS renvoie des codes d'erreur lorsque ces demandes de tuiles sont effectuées.

Worldview est une application Web qui utilise GIBS comme source d'image principale.

Ces exemples utilisent OpenLayers version 6.4.3.

Si des transformations géométriques sont requises à l'aide de coordonnées dans les systèmes polaires, proj4js, version 2, doit être inclus. Cet exemple utilise proj4js version 2.4.3. Ceci n'est pas nécessaire pour simplement afficher la carte.

Exemples de tuiles vectorielles Mapbox (MVT)

Les tuiles vectorielles Mapbox sont disponibles pour certains des ensembles de données vectorielles GIBS. Ces exemples Openlayers montrent comment styliser des tuiles vectorielles à l'aide des classes de style Openlayers, comment styliser des tuiles vectorielles avec les styles Mapbox fournis par GIBS dans getCapabilities et comment visualiser les données d'entités via des interactions cartographiques.

Cet exemple utilise Leaflet version 1.3.3.

Pour supporter correctement les projections polaires, le plugin Proj4Leaflet doit être utilisé. Cet exemple utilise Proj4Leaflet version 1.0.1.

Des écarts peuvent parfois être observés entre les tuiles de la carte. Utilisez la solution de contournement trouvée ici : https://github.com/Leaflet/Leaflet/issues/3575

Cet exemple utilise Cesium version 1.47.

Utilisez ce GeographicTilingScheme pour accéder au point de terminaison EPSG:4326 GIBS.