Suite

Référence de projection incorrecte dans le système de coordonnées Modification du système de coordonnées d'origine dans ArcGIS Desktop ?

Référence de projection incorrecte dans le système de coordonnées Modification du système de coordonnées d'origine dans ArcGIS Desktop ?


Travaillant en Allemagne, où Gauss_Kruger est très souvent utilisé (ainsi que ETRS1989_zone 32N), et essayant de connaître WKID quand je me suis rendu compte que sur ma machine, la référence de projection du DHDN_3_Degree_Gauss_Zone_3 est définie sur Transverse Mercator, alors que pour Gauss_Kruger 1, 2,4 ou 5, il est défini sur Gauss_Kruger, ce qui est logique.

J'ai comparé avec les paramètres sur d'autres machines, où ils sont corrects (Gauss_Kruger). D'une manière ou d'une autre, je les ai modifiés et je dois les modifier, et non en définissant un nouveau système de coordonnées personnalisé, mais en modifiant le fichier dans ArcGIS ou même en le supprimant. Maintenant, je lis des choses, il n'y a pas de dossier de système de coordonnées mais " Au lieu de cela, une structure de répertoire virtuel est construite directement à partir des données du système de coordonnées." (http://support.esri.com/en/knowledgebase/techarticles/detail/39488)

Comment puis-je faire ceci?


Je ne peux pas comprendre comment cela se produit. J'ai remonté le temps et je ne trouve pas d'occurrence où 31467 ait jamais utilisé Transverse Mercator pour le nom de la projection. Ce serait assez inhabituel car j'ai l'habitude de copier et coller des définitions lors de la configuration d'un ensemble de zones comme celle-ci, donc je m'attendrais à ce que toutes les zones aient Transverse Mercator.

Vous avez raison de dire que dans ArcGIS for Desktop 10.2, nous avons supprimé les fichiers prj, le logiciel devrait donc lire la définition directement à partir de pe.dll. Les seules façons dont je peux penser à un moyen de remplacer cela, c'est si vous avez défini une variable d'environnement du système d'exploitation appelée PEOBJEDITHOME et redéfini 31467 là-bas. Une autre possibilité est si vous avez une couche de données qui a Transverse Mercator dans le cadre de la définition.

Cependant, dans ArcGIS, Transverse Mercator = Gauss-Krueger. Au-delà du "mauvais" nom, les deux définitions vous donneront exactement les mêmes résultats.

Divulgation : je travaille pour Esri.


Un ancien Shapefile projeté dans GK3 bien qu'avec un Mercator transverse comme système de projection a été trouvé et supprimé. Après avoir redémarré l'ordinateur PC, tous les paramètres du GK3 sont désormais cohérents dans les différentes zones.


Un fichier de projection (. prj) est un fichier texte contenant des informations sur le système de coordonnées et la projection cartographique. Un fichier de projection peut être utilisé pour étendre les propriétés d'un dessin CAO afin d'inclure une référence spatiale. Les informations sont stockées au format texte bien connu (WKT).

Allez dans le menu Affichage > Propriétés du bloc de données > Système de coordonnées et remettez le système de coordonnées à la bonne référence spatiale. Si vous travaillez fréquemment avec la même couche de fond de carte, la couche de fond de carte peut être enregistrée en tant que fichier de couche.


Syntaxe de script

HDFSDSToArcGISRaster_GeoEco (inputFile, outputRaster, sdsName, xLowerLeftCorner, yLowerLeftCorner, cellSize, nodataValue, transpose, mirror, flip, swapHemispheres, coordinateSystem, projectedCoordinateSystem, GeographicTransformation, resamplingTechnique, projectedCellRize, registrationPoint, clippingPoint)

Au moment où cet outil a été écrit, deux versions majeures de HDF étaient en cours de développement : HDF, qui était à la version 4.2r1, et HDF5, qui était à la version 5-1.6.5. Cet outil peut traiter les fichiers HDF mais pas les fichiers HDF5. Il peut également traiter le HDF-EOS, une version spécialisée du HDF, mais pas le HDF5-EOS.

Pour plus d'informations sur les formats HDF, veuillez consulter http://www.hdfgroup.org.

Si vous fournissez un fichier compressé dans un format de compression pris en charge, il sera automatiquement décompressé. S'il s'agit d'une archive (par exemple .zip ou .tar), elle doit contenir exactement un fichier, qui ne doit pas être dans un sous-répertoire.

Nom d'un ensemble de données scientifiques (SDS) dans le fichier HDF.

Si vous ne connaissez pas le nom de la FDS, fournissez votre meilleure estimation. Si une SDS n'existe pas avec ce nom, une ValueError sera levée. Le message d'erreur listera les noms de toutes les SDS présentes dans le fichier d'entrée. Sélectionnez l'un de ces noms et réessayez.

Vous pouvez également utiliser l'outil Extraire l'en-tête HDF pour vider l'en-tête HDF dans un fichier texte. Dans ce fichier, chaque FDS sera appelée une "variable". Vous pouvez trouver leurs noms en recherchant dans le fichier les valeurs "Variable Name infinity" (INF) ou "not a number" (NAN). Une ValueError sera levée si ces valeurs sont découvertes.

Le format raster ArcGIS prend en charge le type de données flottant 32 bits mais pas le type de données double 64 bits. Si vous fournissez une SDS avec le type de données double, elle sera convertie en raster flottant 32 bits à l'aide de l'outil de géotraitement ArcGIS ASCII vers raster. Le comportement de l'outil dans cette situation n'est pas documenté. Dans ArcGIS 9.1, cela semble être :

Les valeurs où l'exposant est compris entre -38 et +38 sont correctement représentées dans le raster flottant 32 bits résultant, bien qu'une certaine précision soit perdue en raison de la mantisse plus petite du type de données flottant 32 bits.

Les valeurs où l'exposant est inférieur à -38 (par exemple -39, -40, etc.) sont converties en 0.

Les valeurs où l'exposant est supérieur à +38 sont converties en -INF ou +INF, selon le signe de la valeur (par exemple -5.3083635279597874e-212 apparaît comme -1.#INF dans l'interface graphique ArcCatalog, tandis que 2.5502286890301497e+084 apparaît comme 1.#INF).

L'outil ArcGIS 9.1 ASCII vers raster présente également quelques bizarreries lors de la conversion de rasters entiers :

Pour les données entières signées 8 bits, l'outil créera un raster 16 bits si la valeur -128 apparaît, à moins que -128 ne soit désigné comme valeur NODATA. La spécification d'une valeur NODATA différente, telle que 0, génère toujours un raster 16 bits si -128 apparaît.

De même, pour les données entières signées 16 bits, l'outil créera un raster 32 bits si la valeur -32768 apparaît dans le fichier ASCII, à moins qu'il ne soit désigné comme valeur NODATA.

Pire encore, pour les données entières signées 32 bits, l'outil signalera une erreur si la valeur -2147483648 apparaît à moins qu'elle ne soit désignée comme la valeur NODATA. Encore plus étrange, la valeur -2147483647 est toujours traduite en NODATA, quoi qu'il arrive.

Pour tous les types de données entières, l'outil produit un comportement étrange lorsque vous spécifiez une valeur NODATA qui n'est pas la plus petite valeur possible pour le type de données. Par exemple, si la plage de données de 0 à 255 et 0 est désignée comme la valeur NODATA, l'outil produit un raster d'entiers non signés de 8 bits. Mais si 1 est désigné comme valeur NODATA, il produit un raster 16 bits et ArcCatalog indique sous Propriétés du jeu de données raster que la valeur NoData est de -32768, bien que l'outil Identifier affiche les cellules qui ont la valeur 1 sont en réalité NODATA. Des résultats étranges similaires peuvent être obtenus pour des rasters d'entiers d'autres types de données, lorsque vous désignez un NODATA qui n'est pas la plus petite valeur possible.

Coordonnée X du coin inférieur gauche du raster.

La coordonnée correspond au coin de la cellule en bas à gauche, pas au centre de cette cellule. Par exemple, si le raster est une projection géographique de la Terre entière, la coordonnée du coin inférieur gauche serait -180,0, correspondant à une longitude de 180 degrés Ouest.

Coordonnée Y du coin inférieur gauche du raster.

La coordonnée correspond au coin de la cellule en bas à gauche, pas au centre de cette cellule. Par exemple, si le raster est une projection géographique de la Terre entière, la coordonnée du coin inférieur gauche serait -90,0, correspondant à une latitude de 90 degrés Sud.

Par exemple, si le raster est une projection géographique de la Terre entière, avec 720 colonnes et 360 lignes, il aurait une taille de cellule de 0,5, correspondant à 1/2 degré géographique.

Le format de données sous-jacent nécessite que les cellules soient carrées. Il n'est pas possible de spécifier une taille de cellule pour chaque dimension.

Valeur qui indique qu'une cellule ne contient aucune donnée.

Si True, l'image sera transposée (inversée autour de l'axe diagonal) avant la conversion. Utilisez cette option pour corriger une image dont l'axe est/ouest va de haut en bas au lieu de gauche et de droite.

Si True, l'image sera retournée autour de l'axe vertical avant la conversion. Utilisez cette option pour corriger une image qui est "l'image miroir" de ce qu'elle est censée être.

Si True, l'image sera retournée autour de l'axe horizontal avant la conversion. Utilisez cette option pour corriger une image à l'envers.

Si True, les hémisphères est et ouest de l'image seront permutés. Utilisez cette option pour changer l'orientation d'une image globale d'une orientation 0 à 360 centrée sur l'océan Pacifique à une orientation -180 à +180 centrée sur l'océan Atlantique, ou vice versa.

Système de coordonnées à définir pour le raster.

Si aucune valeur n'est fournie, le système de coordonnées du raster restera indéfini.

Nouveau système de coordonnées vers lequel projeter le raster.

Le raster ne peut être projeté dans un nouveau système de coordonnées que si la projection d'origine est définie. Une erreur sera générée si vous spécifiez un nouveau système de coordonnées sans définir le système de coordonnées d'origine.

L'outil ArcGIS Project Raster est utilisé pour effectuer la projection. La documentation de cet outil recommande de spécifier également une taille de cellule pour le nouveau système de coordonnées.

J'ai remarqué que pour certains systèmes de coordonnées, l'outil ArcGIS 9.2 Project Raster semble couper le raster projeté dans une mesure arbitraire trop petite. Par exemple, lors de la projection d'une image globale de chlorophylle MODIS Aqua de 4 km en coordonnées géographiques vers Lambert_Azimuthal_Equal_Area avec un méridien central de -60 et une latitude d'origine de -63, l'image résultante est tronquée pour ne montrer qu'un quart de la planète. Ce problème ne se produit pas lorsque Project Raster est appelé de manière interactive à partir de l'interface utilisateur d'ArcGIS, il se produit uniquement lorsque l'outil est appelé par programmation (la méthode ProjectRaster_management du géoprocesseur). Ainsi, vous ne le verrez peut-être pas lorsque vous utilisez vous-même Project Raster, mais cela peut arriver lorsque vous utilisez des outils MGET qui appellent Project Raster dans le cadre de leurs opérations de géotraitement.

Si vous rencontrez ce problème, vous pouvez le contourner comme ceci :

Tout d'abord, exécutez cet outil sans spécifier de nouveau système de coordonnées, pour obtenir le raster dans le système de coordonnées d'origine.

Dans ArcCatalog, utilisez l'outil Projeter le raster pour projeter le raster dans le nouveau système de coordonnées. Vérifiez que tout le raster est présent, qu'il n'a pas été découpé dans une mesure trop petite.

Dans ArcCatalog, recherchez l'étendue du raster projeté en cliquant dessus avec le bouton droit dans l'arborescence du catalogue, en sélectionnant Propriétés et en faisant défiler jusqu'à Etendue.

Maintenant, avant d'exécuter l'outil MGET qui projette le raster, définissez le paramètre d'environnement Etendue sur les valeurs que vous avez recherchées. Si vous appelez l'outil MGET de manière interactive à partir d'ArcCatalog ou d'ArcMap, cliquez sur le bouton Environnements dans la boîte de dialogue de l'outil, ouvrez Paramètres généraux, modifiez la liste déroulante Étendue sur "Comme spécifié ci-dessous" et saisissez les valeurs que vous avez recherchées. Si vous l'invoquez à partir d'un modèle de géotraitement, cliquez avec le bouton droit sur l'outil dans le modèle, sélectionnez Créer une variable, À partir de l'environnement, Paramètres généraux, Étendue. Cela placera l'étendue en tant que variable dans votre modèle, attachée à l'outil MGET. Ouvrez la variable Etendue, remplacez-la par "Comme spécifié ci-dessous" et saisissez les valeurs que vous avez recherchées. Si vous appelez l'outil MGET par programme, vous devez définir la propriété Extent du géoprocesseur sur les valeurs que vous avez recherchées. Veuillez consulter la documentation ArcGIS pour plus d'informations à ce sujet et les paramètres d'environnement en général.

Exécutez l'outil MGET. L'étendue du raster doit maintenant être de la bonne taille.

Une méthode de transformation utilisée pour convertir entre le système de coordonnées d'origine et le nouveau système de coordonnées.

Ce paramètre est une nouvelle option introduite par ArcGIS 9.2. Vous devez disposer d'ArcGIS 9.2 pour utiliser ce paramètre.

Ce paramètre n'est nécessaire que lorsque vous spécifiez que le raster doit être projeté vers un nouveau système de coordonnées et que ce nouveau système utilise un système de référence différent du système de coordonnées d'origine, ou qu'il existe une autre différence entre les deux systèmes de coordonnées qui nécessite une transformation. Pour déterminer si une transformation est nécessaire, je recommande la procédure suivante :

Tout d'abord, exécutez cet outil sans spécifier de nouveau système de coordonnées, pour obtenir le raster dans le système de coordonnées d'origine.

Ensuite, utilisez l'outil ArcGIS 9.2 Project Raster sur le raster pour le projeter dans le système de coordonnées souhaité. Si une transformation géographique est nécessaire, cet outil vous en demandera une. Notez le nom exact de la transformation que vous avez utilisée.

Enfin, si une transformation était nécessaire, saisissez le nom exact dans cet outil, réexécutez-le et vérifiez que le raster a été projeté comme vous le souhaitez.

Algorithme de rééchantillonnage à utiliser pour projeter le raster d'origine dans un nouveau système de coordonnées. L'outil ArcGIS Project Raster est utilisé pour effectuer la projection et accepte les valeurs suivantes :

NEAREST - interpolation du voisin le plus proche

BILINAIRE - interpolation bilinéaire

Vous devez spécifier l'un de ces algorithmes pour projeter vers un nouveau système de coordonnées. Une erreur sera générée si vous spécifiez un nouveau système de coordonnées sans sélectionner d'algorithme.

La taille de cellule du système de coordonnées projeté. Bien que ce paramètre soit facultatif, pour obtenir les meilleurs résultats, la documentation ArcGIS vous recommande de toujours le spécifier lors de la projection dans un nouveau système de coordonnées.

Les coordonnées x et y (dans l'espace de sortie) utilisées pour l'alignement des pixels.

Ce paramètre est une nouvelle option introduite par ArcGIS 9.2. Vous devez disposer d'ArcGIS 9.2 pour utiliser ce paramètre. Il est ignoré si vous ne spécifiez pas que le raster doit être projeté dans un nouveau système de coordonnées.

Rectangle auquel le raster doit être découpé.

Si un système de coordonnées projetées a été spécifié, le découpage est effectué après la projection et les coordonnées du rectangle doivent être spécifiées dans le nouveau système de coordonnées. Si aucun système de coordonnées projetées n'a été spécifié, les coordonnées doivent être spécifiées dans le système de coordonnées d'origine.

L'outil ArcGIS Clip est utilisé pour effectuer le clip. Le rectangle de découpage doit être transmis à cet outil sous la forme d'une chaîne de quatre nombres séparés par des espaces. L'interface utilisateur d'ArcGIS formate automatiquement la chaîne correctement lors de l'appel de cet outil à partir de l'interface utilisateur d'ArcGIS, vous n'avez pas à vous soucier du format. Mais lorsque vous l'invoquez par programmation, veillez à fournir une chaîne correctement formatée. Les numéros sont ordonnés GAUCHE, BAS, DROITE, HAUT. Par exemple, si le raster se trouve dans un système de coordonnées géographiques, il peut être découpé à 10 W, 15 S, 20 E et 25 N avec la chaîne :

Des nombres entiers ou décimaux peuvent être fournis.

Mapper l'expression d'algèbre à exécuter sur le raster.

ATTENTION: Le générateur de modèle de géotraitement ArcGIS peut supprimer de manière aléatoire et silencieuse la valeur de ce paramètre. Il s'agit d'un bogue dans ArcGIS. Avant d'exécuter un modèle que vous avez enregistré, ouvrez cet outil et vérifiez que la valeur du paramètre existe toujours.

L'expression est exécutée une fois le raster converti projeté et découpé (si ces options sont spécifiées). Utilisez la chaîne inputRaster sensible à la casse pour représenter le raster sur lequel vous souhaitez maintenant effectuer l'algèbre cartographique. Par exemple, pour convertir le raster en raster d'entiers et ajouter 1 à toutes les cellules, utilisez cette expression :

La chaîne inputRaster est sensible à la casse. Avant d'exécuter l'expression d'algèbre de carte, la chaîne est remplacée par le chemin d'accès à un raster temporaire qui représente le raster généré. L'expression finale doit comporter moins de 4 000 caractères, sinon ArcGIS signalera une erreur.

L'outil ArcGIS Single Output Map Algebra est utilisé pour exécuter l'expression d'algèbre cartographique. Vous devez disposer d'une licence pour l'extension ArcGIS Spatial Analyst afin d'effectuer l'algèbre cartographique.

La syntaxe de l'algèbre cartographique peut être très pointilleuse. Voici quelques conseils qui vous aideront à réussir avec cet outil :

Avant d'utiliser cet outil, construisez et testez votre expression d'algèbre cartographique à l'aide de l'outil ArcGIS Single Output Map Algebra. Collez ensuite l'expression dans cet outil et modifiez-la pour utiliser la variable inputRaster plutôt que la valeur de test que vous avez utilisée avec Single Output Map Algebra.

Si vous développez votre expression directement dans cet outil, commencez par une expression très simple. Vérifiez qu'il fonctionne correctement, ajoutez-en un peu et vérifiez à nouveau. Répétez ce processus jusqu'à ce que vous ayez construit l'expression complète.

Séparez toujours les opérateurs mathématiques des chemins raster à l'aide d'espaces. Dans l'exemple ci-dessus, l'opérateur / contient un espace de chaque côté. Suivez ce modèle. Dans certaines circonstances, ArcGIS ne parviendra pas à traiter les expressions d'algèbre raster qui ne séparent pas les chemins raster des opérateurs utilisant des espaces. Le message d'erreur signalé n'indique généralement pas qu'il s'agit du problème, et le retrouver peut être très frustrant.

Si True, des pyramides seront créées pour le raster, ce qui améliorera sa vitesse d'affichage dans l'interface utilisateur d'ArcGIS.


Principes de base du système de coordonnées d'un fichier de formes

Un fichier de formes ne contient souvent aucune information permettant d'identifier le système de coordonnées utilisé pour définir ses caractéristiques . Dans ce cas, la propriété Référence spatiale de la colonne Forme sera Inconnue ou Géographique présumée. Si les coordonnées de délimitation des entités sont comprises entre -180 et 180 dans la direction x et -90 à 90 dans la direction y, ArcGIS suppose que les données sont géographiques et que son datum est NAD27. Si les coordonnées de délimitation ne se trouvent pas dans cette plage, le logiciel traite la référence spatiale comme inconnue.

Vous pouvez travailler avec des fichiers de formes même si leur système de coordonnées n'a pas été défini, mais vous ne pourrez peut-être pas profiter de toutes les fonctionnalités disponibles. Par exemple, votre fichier de formes peut ne pas s'aligner avec d'autres données et ses métadonnées créées automatiquement seront incomplètes.

Vous pouvez définir le système de coordonnées d'un fichier de formes dans ArcCatalog de plusieurs manières :

  • Sélectionnez l'un des systèmes de coordonnées prédéfinis fournis avec ArcCatalog.
  • Importez les paramètres du système de coordonnées utilisés par une autre source de données.
  • Définissez un nouveau système de coordonnées personnalisé.

Les paramètres du système de coordonnées doivent être enregistrés dans un fichier .prj dans le même dossier que le fichier de formes, et le fichier .prj doit avoir le même préfixe de fichier que le fichier de formes. Par exemple, si vous travaillez avec un fichier de formes nommé wells.shp, ses paramètres de système de coordonnées doivent être stockés dans le même dossier dans un fichier nommé wells.prj.

Une fois qu'un système de coordonnées a été défini, vous pouvez modifier des paramètres individuels. Par exemple, vous pouvez souhaiter modifier un paramètre dans un système de coordonnées importé d'une autre source de données ou personnaliser l'un des systèmes de coordonnées prédéfinis. Après avoir créé un système de coordonnées personnalisé, vous pouvez l'enregistrer en tant que fichier de système de coordonnées distinct que vous souhaiterez peut-être partager ce système de coordonnées avec d'autres dans votre organisation.

Pour ajouter ou modifier le système de coordonnées d'un fichier de formes dans ArcCatalog, utilisez l'outil Projet ou l'outil Créer une référence spatiale.


Compétences en analyse géospatiale : examen et auto-évaluation

Auparavant, vous avez appris que les scientifiques géospatiaux modélisent la surface de la Terre en transformant la forme irrégulière non géométrique de la géoïde modèle de surface en un modèle de surface lisse défini mathématiquement appelé le ellipsoïde de référence. Vous avez également appris qu'étant donné que le géoïde et l'ellipsoïde de référence ne correspondent pas exactement, il existe plusieurs ellipsoïdes de référence utilisés aujourd'hui, chacun optimisé pour différentes régions de la Terre.

De plus, vous avez également appris que lorsque vous combinez un ellipsoïde de référence avec un réseau de points de contrôle soigneusement étudiés, établissez un système de référence géodésique. Systèmes géodésiques sont des points de référence standard ou des ellipsoïdes de référence qui servent de base pour calculer les positions sur et au-dessus de la surface de la Terre. Vous avez également appris que les références géodésiques fournissent un point de départ pour créer une projection cartographique. UNE projection cartographique est une transformation géométrique de la Terre ronde sur un plan plat à l'aide d'équations mathématiques. Le processus de transformation d'un objet sphérique en un plan plat déforme la zone, la forme, la distance, la direction et la continuité. On les appelle les cinq propriétés préservées car certaines projections cartographiques peuvent conserver une ou plusieurs de ces caractéristiques avec un haut degré de précision. Cependant, aucune projection cartographique ne peut conserver ces cinq qualités en même temps.

Enfin, vous avez découvert les différents types de systèmes de référence spatiale, y compris les systèmes de coordonnées géographiques et les systèmes de coordonnées projetées. UNE système de coordonnées géographiques (GCS) est un système de référence spatiale basé sur les coordonnées utilisant la latitude et la longitude. Un fait important à retenir est qu'un système de coordonnées géographiques est à base d'ellipsoïdes, ce qui le rend utile pour définir un emplacement à la surface de la terre. Cependant, un système de coordonnées géographiques complique la mesure des distances et des zones. UNE système de coordonnées projetées résout ce problème en utilisant des projections cartographiques pour transformer un système sphérique, comme la latitude et la longitude, en une grille plate à deux dimensions. Les systèmes de coordonnées projetées utilisent des pieds ou des mètres pour mesurer les distances et les surfaces, ce qui les rend idéaux pour les calculs. Ces systèmes comprennent le système Universal Transverse Mercator (UTM) et le système State Plane Coordinate (SPC).

Dans les exercices de compétences suivants, vous découvrirez comment vérifier les systèmes de référence, les projections et les systèmes de référence spatiale à l'aide du logiciel ArcGIS.

Skill Drill : Télécharger et décompresser les données

En utilisant le lien suivant, téléchargez le fichier 7zip fourni. Enregistrez le fichier dans votre dossier d'origine :

Dans ce tutoriel, vous devez utiliser 7zip, un logiciel de décompression de fichiers qui gère plusieurs formats de compression de fichiers couramment utilisés pour les données géospatiales. Si vous travaillez à domicile, vous devrez peut-être installer 7zip sur votre ordinateur personnel. Regardez Installer 7zip sur Windows 10, produit par Nicolas R. Malloy, pour en savoir plus (Figure 1.3).

Exercice de compétence : Réparer les liens brisés

Une fois que vous avez décompressé le contenu du fichier 7z, localisez le fichier de carte (.mxd) nommé Systèmes de référence de projection et de référence spatiale.mxd (Graphique 1.4). Double-cliquez pour ouvrir le fichier.

Le bloc de données apparaît vide et vous devriez voir des points d'exclamation rouges précédant chaque couche dans la table des matières (Graphique 1.5). À l'aide des procédures que vous avez apprises dans les didacticiels précédents, réparez les liens rompus vers les sources de données.

Exercice de compétences : vérifier les informations de référence spatiale

Après avoir réparé les liens rompus, vous devriez voir trois ensembles de données affichés sur le bloc de données. Auparavant, vous avez appris que dans ArcGIS, la fenêtre du bloc de données affiche la carte à l'aide projet à la volée. Même si les couches de la table des matières peuvent utiliser des projections et des systèmes de coordonnées différents en interne, ArcGIS essaie de les aligner à l'écran à l'aide du système de coordonnées défini dans les propriétés du bloc de données. Cela signifie que vous pouvez modifier la projection dans le bloc de données pour modifier l'apparence de la carte à l'écran sans modifier les fichiers de données d'origine.

En utilisant les compétences que vous avez acquises précédemment, ouvrez un document Microsoft Word vierge et enregistrez les réponses aux questions suivantes telles qu'elles s'appliquent à la carte et au bloc de données actuels.

1. Quelle donnée la trame de données actuelle utilise-t-elle pour projeter à la volée ?

2. Quelle projection cartographique le bloc de données actuel utilise-t-il pour projeter à la volée ?

3. Quel système de coordonnées géographiques (GCS) ce bloc de données utilise-t-il ?

4. Quel système de coordonnées projetées (PCS) ce bloc de données utilise-t-il ?

5. Quelle couche de la table des matières utilise le même système de coordonnées projetées que ce bloc de données ?

6. Quelle couche de la table des matières a un système de coordonnées projetées différent de ce bloc de données ?

7. Quelle couche de la table des matières n'a pas de système de coordonnées projetées ?

8. Si vous vouliez créer une couche californienne utilisant différents systèmes de référence spatiale, datum et projection, quel outil dans ArcMap devriez-vous utiliser ?

9. Si vous vouliez créer un fichier tiff hypsométrique CA qui utilise différents systèmes de référence spatiale, datum et projection, quel outil dans ArcMap devez-vous utiliser ?

Indice: Pour les questions 1 à 9, passez en revue les compétences que vous avez acquises dans le didacticiel du chapitre 3 Travailler avec des projections, du texte sur les concepts géospatiaux. Vous avez également découvert les systèmes de coordonnées géographiques et les différents systèmes de coordonnées projetées au chapitre 4.

Exercice de compétences : inspecter les métadonnées

En utilisant les compétences que vous avez acquises précédemment, assurez-vous que le style de métadonnées dans les options ArcMap est défini sur le Spécification de mise en œuvre des métadonnées ISO19139. Pour les prochaines questions, ouvrez les métadonnées de chaque fichier. Recherchez dans les métadonnées pour trouver les réponses.

Indice: Si vous ne vous souvenez pas comment modifier les paramètres des métadonnées et ouvrir les métadonnées, passez en revue les compétences que vous avez acquises dans le didacticiel du chapitre 1 Assurance qualité de base et contrôle qualité.

Dans votre document Microsoft Word, enregistrez les réponses aux questions suivantes en utilisant les informations que vous trouvez dans les métadonnées.

10. Quel a été le dernier outil de géotraitement utilisé sur le fichier CA_hypsometric.tif ?

11. Dans le fichier de formes des comtés de Californie, que signifie l'attribut COUNTYFP ?

12. Quelle est la source de la description de l'attribut COUNTYFP ?

13. Dans le shapefile des États-Unis, quelle est l'étendue géographique (nord, sud, est, ouest) en degrés décimaux de latitude et de longitude ?

Indice: Pour les questions 10 à 13, passez en revue les compétences que vous avez acquises dans le didacticiel du chapitre 1 Assurance qualité de base et contrôle qualité, du texte sur les concepts géospatiaux.


Type et niveau de cours
Cours SIG de niveau d'entrée pour les étudiants en géosciences.

Formation en géosciences assumée dans cette mission
Rien.

Compétences en SIG/télédétection/expérience acquise dans cette mission
Familiarité de base avec ArcMap et ArcCatalog comment créer un ombrage d'un DEM comment créer une mise en page de carte de base (bien que des instructions pour les deux derniers puissent facilement être ajoutées aux instructions).

Logiciel requis pour cette mission/activité :
ArcGIS 10.6 ou supérieur avec l'extension Spatial Analyst (requis pour l'ombrage, mais cela peut être omis).

Temps nécessaire aux étudiants pour terminer le travail :
Cet ensemble de devoirs et d'activités de laboratoire (3 devoirs et 2 heures de laboratoire) prend une semaine de cours.


sur le Web De nombreuses organisations utilisent des données de système d'information géographique (SIG) stockées dans un système de coordonnées projetées local. Lors de la préparation du partage de cartes ou de couches sur le Web, il est recommandé de reprojeter vos données source dans le système de coordonnées Web Mercator. Cela garantira que vos données cartographiques sont correctement localisées et alignées correctement avec d'autres services tels que les fournisseurs de contenu populaires Microsoft ® Bing ™ Maps, Google Maps ™ et ESRI ® ArcGIS SM Online, qui ont standardisé leurs services sur le système de coordonnées Web Mercator. . Projection de vos données vers Web Mercator Dans ArcGIS®, vous disposez de deux options si vous souhaitez reprojeter vos données vers le système de coordonnées Web Mercator. Le premier, à l'aide de l'outil Projet, crée une copie de vos données qui remplace les coordonnées d'origine de vos données source par de nouvelles coordonnées du système de coordonnées Web Mercator. La seconde, définissant le système de coordonnées du bloc de données ArcMap ™, indique à ArcGIS de calculer les nouvelles coordonnées uniquement lorsque cela est nécessaire, en laissant vos données source inchangées. Étant donné que la première option nécessite la création d'une copie complète de vos données, vous souhaiterez peut-être l'utiliser pour des données qui ne changent pas très souvent, telles que les fonds de carte. Vous pouvez ensuite utiliser la deuxième option pour les données qui changent souvent, lorsqu'il serait trop long de continuer à créer des copies de vos données. Les deux options sont présentées pour votre référence. Pour les applications cartographiques Web d'ArcGIS Server, les développeurs peuvent utiliser le service de géométrie pour reprojeter des entités avant d'effectuer des calculs de superficie et de longueur. La reprojection des entités n'est pas un problème car la précision de la position est préservée lors de la projection entre Web Mercator et d'autres systèmes de coordonnées. Comment définir le bloc de données ArcMap pour la projection à la volée Démarrez ArcMap avec une nouvelle carte vide.1. Double-cliquez sur le nom du bloc de données (Calques, par défaut) pour 2. appeler la boîte de dialogue Propriétés du bloc de données.


Bureau Général Foncier Canton Plats Géoréférencé

Système de coordonnées ArcGIS * Type Projeté * Référence de coordonnées géographiques GCS_North_American_1983 * Projection NAD_1983_UTM_Zone_15N * Détails de la référence des coordonnées Système de coordonnées projetées Identificateur bien connu 26915 Origine X -5120900 Origine Y -9998100 Échelle XY 10000 Origine Z 0 Échelle Z Origine 1 M 0 Échelle M 1 XY tolérance 0,001 tolérance Z 0,001 tolérance M 0,001 Haute précision vrai Dernier identifiant bien connu 26915 Texte bien connu PROJCS["NAD_1983_UTM_Zone_15N",GEOGCS["GCS_North_American_1983",DATUM["D_North_American_1983",SPHEROID["GRS_1980",6378137.0]]298.257222 ,PRIMEM["Greenwich",0.0],UNIT["Degree",0.0174532925199433]],PROJECTION["Transverse_Mercator"],PARAMETRE["False_Easting",500000.0],PARAMETER["False_Northing",0.0],PARAMETRE["Central_Meridian" ,-93.0],PARAMETER["Scale_Factor",0.9996],PARAMETER["Latitude_Of_Origin",0.0],UNIT["Meter",1.0],AUTHORITY["EPSG",26915]]
Identifiant du système de référence * Valeur 26915 * Espace de code EPSG * Version 6.13(3.0.1)


Tache 1

Arrière-plan

On m'a fourni des données d'enquête de station totale non projetées provenant d'une enquête sur l'habitat des cours d'eau de la Site d'étude du ruisseau Bear Valley. Ces enquêtes sont effectuées pour évaluer l'état des salmonidés et de leur habitat dans les affluents du bassin du fleuve Columbia dans le cadre du CHAMP et du programme intégré de surveillance de l'état et de l'efficacité (ISEMP) géré par la NOAA Fisheries et financé par la Bonneville Power Administration (BPA) . Les données ont été collectées en utilisant un système de coordonnées supposé sur une grille cartésienne. Pour une grille cartésienne, les coordonnées d'un emplacement sont constituées à l'aide de nombres choisis arbitrairement (par exemple 3000 2000 vu sur la carte ci-dessous pour cp1). Ensuite, tous les emplacements suivants sont pris à l'aide d'une station totale et sont relatifs au premier emplacement. Les emplacements sont parfois enregistrés de cette manière car cela permet des mesures de localisation très précises.

Méthodes

J'ai apporté les données d'enquête brutes dans un document ArcMap vide et j'ai créé une carte avec une superposition de grille mesurée pour afficher les données, indiquer les différents types de données, étiqueter les repères et illustrer que les données ne sont pas projetées dans un système de coordonnées cartésien supposé . J'ai ouvert les propriétés du bloc de données et des classes d'entités et j'ai vu qu'aucun système de coordonnées projetées n'était défini. Un avertissement s'affiche également pour expliquer cela lorsque j'ai ajouté les classes d'entités au bloc de données. Les méthodes détaillées se trouvent ici.

Résultats

Les données ci-dessus sont affichées dans un système de coordonnées géographiques, supposé, cartésien. Les données sont facilement affichées, cependant, il existe de nombreuses limitations des données sous cette forme. La chose la plus fondamentale est que sans connaissance préalable de ces données, une personne peut ne pas voir que ces données représentent un flux. Les unités de mesure (par exemple les mètres) sont inconnues, une personne n'a donc aucune référence pour la taille de ce tronçon de cours d'eau. Étant donné que ces données sont représentées dans un système de coordonnées cartésien supposé et non dans un système de coordonnées projetées du monde réel, un fond de carte n'a pas pu être ajouté. Une personne ne peut pas voir où se trouve ce tronçon sans une carte de base et une carte de localisation en médaillon ultérieure. De plus, l'orientation des données est inconnue, c'est pourquoi la flèche nord comporte un point d'interrogation.


Maintenance des ressources Fréquence de mise à jour inconnue

ArcGIS coordinate system * Type Projected * Geographic coordinate reference GCS_North_American_1983 * Projection NAD_1983_UTM_Zone_15N * Coordinate reference details Projected coordinate system Well-known identifier 26915 X origin -5120900 Y origin -9998100 XY scale 10000 Z origin -100000 Z scale 10000 M origin -100000 M scale 10000 XY tolerance 0.001 Z tolerance 0.001 M tolerance 0.001 High precision true Latest well-known identifier 26915 Well-known text PROJCS["NAD_1983_UTM_Zone_15N",GEOGCS["GCS_North_American_1983",DATUM["D_North_American_1983",SPHEROID["GRS_1980",6378137.0,298.257222101]],PRIMEM["Greenwich",0.0],UNIT["Degree",0.0174532925199433]],PROJECTION["Transverse_Mercator"],PARAMETER["False_Easting",500000.0],PARAMETER["False_Northing",0.0],PARAMETER["Central_Meridian",-93.0],PARAMETER["Scale_Factor",0.9996],PARAMETER["Latitude_Of_Origin",0.0],UNIT["Meter",1.0],AUTHORITY["EPSG",26915]]
Reference system identifier * Value 26915 * Codespace EPSG * Version 8.2.6


Voir la vidéo: Change Projection - Coordinate System in ArcMap