Suite

Diviser le polygone en plusieurs polygones plus petits dans QGIS

Diviser le polygone en plusieurs polygones plus petits dans QGIS


J'ai une couche de polygones représentant les limites de réponse, je voudrais diviser chacun de ces polygones en un certain nombre de sous-polygones. Comme il s'agit d'un projet exploratoire, les polygones eux-mêmes peuvent être relativement aléatoires.

J'ai essayé d'utiliser des points aléatoires et des polygones de Voronoi pour créer un nouveau maillage de zones plus petites, mais j'ai besoin que les sous-polygones s'adaptent exactement à leur polygone parent pour chaque polygone individuel (aucun sous-polygone ne doit traverser 2 polygones parents).

J'ai regardé Subdiviser un polygone en polygones plus petits, ce qui semble pertinent mais je ne voyais pas comment cela s'appliquait, et Diviser un grand nombre de polygones en même temps en polygones plus petits ? semble faire à peu près ce que je veux, sauf que ma deuxième couche est une couche de polygones et que les bordures des polygones ne correspondent pas.

J'utilise QGIS, mais j'ai également accès à SAGA GIS si cela fonctionne mieux.


La solution de Michael ci-dessus donne la réponse

  1. Inclure des polygones supplémentaires autour des limites des limites de réponse d'intérêt (c'est pour s'assurer que toutes les zones de la limite de réponse sont contenues dans l'un des sous-polygones créés) (ou la zone de délimitation)
  2. Utilisez Vector -> Research Tools -> Random Points pour la couche ResponseBoundaries
  3. Vecteur -> Outils de géométrie -> Polygones de Voronoi pour créer une couche de polygones plus petits
  4. Vecteur -> Outils de géotraitement -> Intersection

La baisse de la vaccination des enfants représente un grave problème de santé publique à l'échelle mondiale et en Nouvelle-Zélande. Pour guider les efforts visant à augmenter la couverture vaccinale, cette étude surveille l'évolution de la couverture vaccinale à l'échelle nationale depuis l'introduction du Registre national de vaccination (RIN) en 2005 et les modèles spatio-temporels de la couverture vaccinale de 2006 à 2017.

La population étudiée se composait de 4 482 499 dossiers de vaccination individuels obtenus à partir du RIN (2005-2017). Les données sur la couverture vaccinale annuelle et moyenne dans les unités de zone de recensement (CAU) en Nouvelle-Zélande ont été calculées par âge jalon (6/8/12/18/24/60/144 mois). Les données de 2005 ont été exclues en raison d'enregistrements manquants au cours de la période d'introduction du RIN. Nous avons analysé les modèles spatiaux et spatio-temporels à l'aide des méthodes Gi* et SaTScan.

La couverture vaccinale s'est améliorée depuis l'introduction du NIR en 2005, atteignant un pic en 2014 et 2015 avec une légère baisse en 2016 et 2017. Les zones bien et insuffisamment immunisées ont été identifiées avec des analyses d'autocorrélation spatiale mettant en évidence plusieurs points chauds et froids. La comparaison des CAU avec les CAU voisines a permis d'identifier les endroits où la couverture vaccinale était significativement plus élevée ou plus faible que prévu, dans le temps et dans l'espace.

Nous fournissons la première analyse spatio-temporelle de la vaccination des enfants en Nouvelle-Zélande qui utilise un large échantillon de plus de 4,4 millions de dossiers de vaccination individuels. Nos analyses spatiales permettent aux décideurs politiques de comprendre l'évolution de la couverture vaccinale des enfants et d'élaborer des stratégies de prévention plus efficaces en Nouvelle-Zélande.


QGIS Polygon aufteilen

QGIS-Tipp : Polygon durch Punkte teilen ? Veröffentlicht am März 31, 2021 Stell Dir vor, Du hast ein Feld und ein paar Punkte und willst das Feld über die drei Punkte in möglichst gleiche Flächen teilen. Eine Idee zur Lösung habe ich bei QGIS 3.18 Diviser le polygone par des points [dupliquer] gefunden Mit dem Plugin Clipper können Sie ein Polygon von einem anderen der gleichen Ebene subtrahieren (ausschneiden). Sie müssen das zu schneidende Polygon auswählen und dann Vector-> Clipper-> Clip ausführen. Das Plugin subtrahiert das Polygon vom größeren. Dann wählen Sie das abgeschnittene Polygon und löschen es

QGIS-Tipp : Polygon durch Punkte teilen ? #geoObserve

  1. Banque d'images - Outils de gestion de données - Split Vector Laye
  2. Si vous souhaitez diviser vos entités par main : sélectionnez votre couche vectorielle et cliquez sur édition (rouge). Sélectionnez ensuite les ciseaux (verts) et cliquez deux fois d'un côté du polygone à l'autre. Vous verrez une petite ligne pointillée. Après la division, impossible simplement l'édition et choisissez Enregistrer les modifications
  3. Mit dem Werkzeug Objekte zerteilen teilen Sie ein Objekt in zwei oder mehr unabhängige Objekte, d.h. jede Geometrie gehört zu einer neuen Zeile in der Attributtabelle. So teilen Sie Linien oder Polygonobjekte: Wählen Sie das Werkzeug Objekte zerteilen. Zeichnen Sie eine Linie über das Objekt oder die Objekte, die Sie zerteilen wollen. Gibt es eine aktive Auswahl, werden nur die ausgewählten Objekte zerteilt. Chutes
  4. Ich habe es schon einmal versucht, aber es war nur möglich, EINE Zeile auszuwählen. Das Polygon wurde in zwei Teile geteilt. Ich möchte das Polygon mit mehreren Linien in mehrere Teile teilen. Wenn ich es mit mehr als einer Zeile versuche, erscheint ein Popup: Aufteilen: Es gibt 12 gewählte Objekte im Layer testlinie. Bitte kaufen Sie nur ein Objekt aus, mit dem gehört werden soll. Ich habe die deutsche Version installiert
  5. Es dient dazu aneinanderhängende Polygone schneller zu digitalisieren. Wenn Sie bereits ein Polygon erstellt haben ist es mit dieser Option möglich das zweite zu digitalisieren, so dass beide sich überschneiden und QGIS schneidet dann das zweite Polygon gemäß der gemeinsamen Grenze aus. Der Vorteil ist dass Sie nicht alle Stützpunkte der gemeinsamen Grenze digitalisieren müssen

Ausschneiden / Ausschneiden / Teilen eines Polygons mit

Die Aufteilung ist abgeschlossen, aber Sie erhalten keine Nachricht und beide Teile werden weiterhin ausgewählt. Stellen Sie daher sicher, dass Korsika jetzt getrennt ist, indem Sie die Auswahl aufheben und dann nur Korsika auswählen. Sie müssen dann die Attribut für Korsika korrigieren (da sie immer noch deutsch sind). Wenn Sie Attribut haben, die die Landfläche anzeigen, müssen diese möglicherweise auch neu berechnet werden Klicken Sie auf das Polygon, das Sie teilen möchten. Klicken Sie auf das Werkzeug Polygone ausschneiden auf der Werkzeugleiste Editor . Klicken Sie auf die Karte, um eine Linie zu erstellen, die das ursprüngliche Polygon wie gewünscht komplett schneidet parzellen (Durch schwarze Linien umrandete Polygone) nutzung Grün eingefigerbte Flächen . anhand des Ausgangslayers (parzellen) zerlegen. Im Beispiel nehmen wir an ich möchte Fläche unten links wieder aufteilen. Zunächst hatte ich es über eine Funktion of Plugins ftools versucht. Dieses Plugin ist in der aktuellen Version von QGIS fester Bestandteil, muss allerdings noch unte QGIS possède un outil spécial appelé Split vector layer qui nous permet de générer des couches à partir de la couche existante en fonction d'une colonne ou d'un champ spécifique. Cet outil trouvera une valeur unique dans le champ sélectionné, puis utilisera les informations pour générer de nouvelles couches. Nous pouvons utiliser cette fonctionnalité pour diviser n'importe quelle couche vectorielle quelle que soit la géométrie. En d'autres termes, nous pouvons diviser la couche de points, la polyligne ou.

Kopieren Sie ein Linienobjekt und fügen Sie ihn in ein Polygonlayer ein: QGIS fügt ihn in den Ziellayer dessen Begrenzung am nächsten der Geometrie des Linienobjekts entspricht. Dies ist ein einfacher Weg, um verschiedene Geometrien der selben Daten zu erzeugen Teilen von Polygonen QGIS polygone mit Linie teilen Polygone in Linien und umgekehrt transformieren mit copier/coller. Kopieren Sie ein Linienobjekt und fügen Sie ihn in ein Polygonlayer ein: QGIS fügt ihn in den Ziellayer dessen Begrenzung am nächsten der Geometrie des Linienobjekts entspricht Teilen einer Linie in eine gleiche Anzahl von Teilen. Mit dem Befehl Teilen auf der Werkzeugleiste Editor können Sie eine Linie in eine gleiche Anzahl neuer Caractéristiques teilen. Sie können die Option Teilen z. B. verwenden, um eine Linie in Teile zu trennen, die dieselbe Länge haben. Diese Funktion ähnelt dem Befehl Unterteilen in früheren Versionen von ArcGIS

In diesem kurzen QGIS-Tipp erkläre ich euch, wie ihr mit Hilfe von Symbolebenen die Stapelreihenfolge innerhalb eines Layers anpassen könnt. Standardmäßig liegen die Polygone/Symbole in der Reihenfolge aufeinander, in der sie erstellt werden. Das ist aber fast immer nicht das, was man braucht. Hier zeichne ich in ein Polygonlayer seeeehr schematisch ein paar Höhenzüge ein, so dass eine. Stell Dir vor, Du hast ein Feld und ein paar Punkte und willst das Feld über die drei Punkte in möglichst gleiche Flächen teilen. Eine Idee zur Lösung hab Dafür öffnest du Qgis und schiebst deine Karten in die Layerübersicht auf der linken Seite ( siehe Bild 1). 1. Startansicht nach Einladen der Karte. Nun kann man die Karte georeferenzieren (im Koordinatensystem verorten - siehe QGis Tutorial Nr. 1) oder auch direkt mit der Digitalisierung starten. Schritt 2 - Erstellen einer neuen Date de mise en forme

. Das eingebaute Tool Lines to polygons in QGIS 2.18.3 liefert (zumindest gemäss meiner Erfahrung) enttäuschende Ergebnisse bei der Umwandlung von Linien in Polygone (Menü Vector.. Geometry Tools.. Lines to polygons ). Ganz anders das Tool Polygonize in der Toolbox (Geoalgorithms QGIS. Cette tâche est basée sur ma réponse à cette question posée sur gis.stackexchange.com.. À partir d'une couche raster, l'objectif de cette tâche est de la diviser en plusieurs tuiles Nous pouvons effectuer cette tâche directement en utilisant QGIS, ou même avec Python (GDAL).. Plus en détail, nous voulons diviser une couche raster de 5×5 m (voir image ci-dessous) ayant 500 colonnes et 700 lignes Zurück im QGIS Hauptfenster sehen wir 2 neue Layer im Layer Bereich: bars_and_pubs und metro_stations. Die Sichtbarkeit der Ausgangslayer können wir ausschalten. Jetzt führen wir die räumliche Abfrage aus. Da wir die Bars und die Umkstatione, Umkstatione ist der erste Schritt die Erstellung eines Puffers um die U-Bahnstationen. Der Puffer repräsentiert. Sie beginnen mit zwei Scheitelpunkten, die vom gesamten Polygon gezeichnet werden. Fügen Sie einen dritten Eckhlten mit zwei Scheitelpunkten, die vom gesamten Polygon gezeichnet werden. von einer zwischen den ersten beiden Eckpunkten gezeichneten Kante entfernt liegt. Fügen Sie weitere Punkte hinzu, bis Sie etwas haben, das Ihrem ursprünglichen Polygon entspricht Polygon Bemerkung Gültigkeit prüfen QGIS: 4 SI GEOS: 0 SI langsam Topologieprüfung 10 SI Geometrie prüfen DB 0 SI Sehr langtzam Sehrnell validator 10 SI Geometry validator (3 Provinzen) Polygone et Multi-Polygone 10 Self Intersections. Geoinformatikbüro Dassau GmbH FOSSGIS Überblick 21 Topologische Konsistenz der Daten Themen Duplikate finden Lücken.

QGIS - Split Vector Layer - Diviser les polygones en individu

  • Dieses Anfänger-Tutorial für QGIS zeigt mit einem Video und einem bebilderten Text, wie ihr Daten (Punkte, Linien und Polygone) vektorisiert und behandelt außerdem Layerstile und Beschriftungen. Auf diese Weise könnt ihr eure eigenen Kartierungen erstellen. Klicke hier, um den Umgang mit QGIS zu lernen
  • Klicken Sie Schließen und kehren zum QGIS Hauptfenster zurück. Wir sehen jetzt eine Teilmenge an Punkten, die jetzt gelb sind. Dies ist das Ergebnis unseres Ausdrucks und Sie sehen alle Orte, die ein pop_max Attribut haben, das grösser als 1.000.000 ist.. Das Ziel der Aufgabe ist es, die Orte zu finden, die Hauptstädte sind
  • Im Bereich Caractéristiques ändern können Sie mit den Optionen Teilen oder Ausschneiden ein Loch in ein Polygon schneiden. Löcher in Polygonen werden als Komponententeil-Features, die im übergeordneten Polygon geschachtelt sind, erzeugt und nach der Erstellung des Lochs gelöscht

Im QGIS-Tipp: Punkt-Attribute in Polygonen summieren [1] wurde das Summieren von Punktattributen in Polygonen für QGIS2.x beschrieben. Hier nur das Update für QGIS3.x. Es ist wirklich einfacher geworden. Man nutzt einfach die Funktion Attribute nach Position verknüpfen (Zusammenfassung) et fast wie von selbst werden für jede Spalte des Punkt-Themas im resultierenden Polygonthema die. Dans QGIS können Sie die KML aufteilen.Klicken Sie auf Vektor> Datenverwaltungstools> Vektorebene teilen.Wählen Sie das Feld und dann den Ausgabeordner.Hierfür müssen Sie den Dateityp nicht ändern In der vorletzten Übung dieses Semesters wurde das digitalisieren von einzelnen Kartenbestandteilen geübt. Auf der Grundlage einer topographischen Karte von Kaiserslautern war es unsere Aufgabe einige ausgewählte Gebäude der Technischen Universität zu digitalisieren. Mit Hilfe der Digitalisierungswerkzeuge in Quantum GIS ist es möglich einzelne Punkte, Vektoren oder Polygone zu.

Fractionnement - Comment fractionner des entités dans QGIS ? - Géographique

  1. Wie könnte QGIS bei einem .shp, das den Globus abdeckt, verwendet werden, um dies in 90 .shp-Dateien zu segmentieren, wobei jede Datei Linien / Punkte / Polygone / Multipolygone enthält, die zwischen dem ersten, dweisten unzannzten undweid dritten, dann dem dritten und vierten usw.
  2. Der Zweck dieser Übung ist es, Anleitung zu geben, wie Polygone erstellen, um die QGIS-Software. Diese Polygone sind eine der Input-Dateien benötigt für den Betrieb SpeciesGeoCoder, und sie müssen die benutzerdefinierten Einsatzgebiete für biogeographische Analysen verwendet darstellen. QGIS ist eine Open-Access-Software, die für alle Plattformen verfügbar ist zum Erstellen, Bearbeiten
  3. Öffnen Sie QGIS. Klicken Sie auf Erweiterungen ‣ Erweiterungen verwalten und installieren, um das Erweiterungen Fenster zu öffnen. Auch wenn Sie zum ersten Mal QGIS verwenden, werden Sie einige Plug-ins unter Installiert sehen. Diese sind Kern Plug-ins et wurden bei der QGIS-Installation mitinstalliert. Lassen Sie uns ein Plug-in einschalten
  4. Mit Hilfe der Digitalisierungswerkzeuge in Quantum GIS ist es möglich einzelne Punkte, Vektoren oder Polygone zu digitalisieren. Die einzelnen Gebäude wurden so erfasst und mit ihrer Gebäudenummer und dem jeweiligen Fachbereich in der Attributtabelle definiert
  5. Ich habe eine Shapefile-Feature-Class, die einen Bereich mit Signalstärke pro Abschnitt des Bereichs darstellt. Es hat Signalstärke von mehreren Radioquellen, aber ich möchte für jede eine séparé Datei erstelle
  6. Konvertieren Sie den Polygon-Layer mithilfe des Werkzeugs Polygon in Linie in eine Line-Feature-Class. Das Werkzeug finden Sie unter Data Management (Toolbox) > Features (Toolset). Entfernen Sie die Linien, die den Polylinie-Layer einschließen. une. Starten Sie eine Editiersitzung. b. Wählen Sie eine Linie aus

Aus den früheren Teilen der QGIS-Serie sind jedoch noch eine Menge Daten vom oberen Reutweg im Projekt, die nicht ausgelagert werden sollen (vergleiche unten Bild 1 ) . Man kann nun sämliche Daten des gesamten Projektes kopieren, aber manchmal ist es sinnvoll, dass man aus einem großen Project -Shapedatei. Danach erstellst nonne deine Blendmaske, exakt so wie es in deinem Bild qgis.jpg zu sehen ist - das ist alles schon ganz gut von dir gemacht, du befindest dich auf einem guten Weg! Dann markierst den erstellten Polygon und schneidest damit das darunterliegende Luftbild. Das nun geschnittene Luftbild. Wählen Sie im Installer Desktop-Schnellinstallation et wählen dann QGIS um die aktuelle Ausgabe zu installieren. Um die langfristige Version (welche nicht die aktuellste Ausgabe ist) zu installieren wählen Sie Fortgeschrittene Installation und wählen qgis-ltr-full Um die aktuelleste Entwicklungsversion zu installieren, wählen Sie Fortgeschrittene-Installation und wäfull

Nach oben. Schneiden von Löchern dans ein Polygon-Feature. In diesem Thema. Teilen und Löschen eines Teil-Caractéristiques Zuschneiden eines geschachtelten Caractéristiques Im Bereich Caractéristiques ändern können Sie mit den Optionen Teilen oder. sinnvoll, QGIS aus der GRASS-Oberfläche zu starten, weil es auf dem umgekehrten Weg häufig zu Programmabstürzen kommt. In GRASS zu bearbeitende Daten müssen jeweils in die die GRASS- Region importiert werden. Zur Erstellung einer GRASS-Region mit QGIS kann ich. 1 Distanz-Polygon auf Basis des Straßennetzes, hier 5 km mit dem Auto. 2 Luftlinie Kreis 2 km : Die Erreichbarkeit am Straßennetz sowie natürliche Barrieren wie Flüsse oder Berge werden nicht berücksichtigt. 3 Zeit-Polygon für verschiedene Verkehrsmittel (Auto, Lkw) und Fußgänger, hier 10 Minuten zu Fuß. Der Fluss en tant que Barriere wird. QGIS n'utilise par défaut qu'un seul cœur de processeur pour le rendu, mais vous pouvez modifier cela. Allez dans Paramètres -> Options -> Rendu et activez les couches de rendu en parallèle en utilisant de nombreux cœurs de processeur. Le rendu multi-thread devrait accélérer considérablement vos performances ! La mise en cache du rendu et la simplification des fonctionnalités doivent être activées par défaut. Conservez ces paramètres. Vous pouvez décocher l'option des lignes moins irrégulières. Cette. Zeichnen Sie ein Polygon über das vorhandene Objet : QGIS fügt der Geometrie ein neus Loch hinzu Eine Polylinie mit einem Klick in neue Objekte zerteilen. Fangen und Klicken Sie mit dem Werkzeug Objekte zerteilen auf einen vorhandenen Stützpunkt einer Polylinie, um sie in zwei neue Objekte zu zerteilen. 14.4.4.13. Teile zerlegen I

Editierfunktionen — QGIS Documentation Dokumentatio

  1. Au début de QGIS. Schritt 1 : QGIS est chargé. Schritt 2: Die Dokumentation anschauen. Schritt 3: Beteiligen Sie sich an der QGIS-Gemeinschaf
  2. Mit Hilfe dieses Plugins lassen sich die Polygone eines Projektes auf Lücken, Überschneidungen und andere Fehler in der Topologie untersuchen. Im Folgenden soll nur angedeutet werden, wie man das Plugin installiert und aktiviert
  3. 9.3.3. Polygones¶ Un polygone est une représentation d'une zone. La limite extérieure du polygone est représentée par un anneau. Cet anneau est une chaîne à la fois fermée et simple comme défini ci-dessus. Les trous dans le polygone sont également représentés par des anneaux. Les polygones sont utilisés pour représenter des objets dont la taille et la forme sont importantes. Limites de la ville, parcs.

Sie können sich die Option Zusammenfassen (innerhalb) als zwei Layer, die Eingabe-Polygone und die Eingabe-Zusammenfassungs-Features, vorstellen, die übereinander gestapelt sind. Nachdem diese Layer gestapelt wurden, sehen Sie von oben durch den Stapel hindurch und ermitteln die Anzahl der Eingabe-Zusammenfassungs-Features, die sich in den Eingabe-Polygonen befinden. Sie können nicht nur die Anzahl der Features ermitteln, sondern auch einfache Statistiken zu den Attributen der Eingabe. Möchte man flächendeckend zeichnen, bietet sich die Fangoption (Einstellung -> Porjekteinstellungen -> Fangoptionen -> Nutzung ankreuzen) un. Hierbei sucht sich das Polygon immer einen Stützpunkt oder das Segment und gliedert sich genau an diese Fläche an. Zusätzlich kann man unter Projekteinstellung auch Ermögliche topologisches Editieren ankreuzen. Diese Option bewirkt, dass sich die Knotenpunkte verbinden und zu einem Punkt verschmelzen, wenn ise genau überlagert sind QGIS polygon teilen. Riesenauswahl an Markenqualität. Folge Deiner Leidenschaft sur eBay ! Über 80% neue Produkte zum Festpreis Das ist das neue eBay. Finde Teilen Polygone in Linien und umgekehrt transformieren mit copier/coller. Kopieren Sie ein Linienobjekt und fügen Sie ihn in ein Polygonlayer ein: QGIS fügt ihn in den Ziellayer dessen Begrenzung am nächsten der Geometrie des. C. Ich müsste von einer Shapedatei (Typ Punkte) und einer Shapedatei (Typ Polygon) eine KML Datei machen welche beide Attribut enthält. Dazu bräuchte ich Punkte und Polygone in EINER Shapedatei damit ich diese mit QGIS als KML speichern kann, Sprich ich muss unterschiedliche Geometrietypen verbinden. Weis von euch jemand wie man das hinbekommt? Ich hoffe mir kann hier jemand einen Astuce geben Welche Attribut haben die Polygone? 2 Es sieht so aus, als würden die Polygone aus einem regulären Gitter bestehen, wobei benachbarte Gitterzellen mit ähnlichen Werten zusammengeführt werden. Sie können versuchen, die ursprünglichen Gitterlinien neu zu erstellen und die Polygone entlang dieser Linien zu teilen

XPlanung mit PostGIS und QGIS 8 Aufgaben zur Abbildung von XPlanung in PostGIS/QGIS 1) XPlanung ist objektorientiert → konkrete Objektarten werden von anderen Objektarten abgeleitet (Vererbung) 2) FP-Datenmodell enthält ca. 25 Objektarten Ausprogrammieren von 25 verschiedenen Eingabemasken mit jeweils mehr als 20 Attributen und Relationen Ich möchte alle x Meter einen Linestring teilen. Ich weiß nicht, wie ich anfangen soll, und ich gehe im Kreis! Ich kann mit ST_LineInterpolatePoint von Anfang an einen Punkt bei 20% finden, aber nicht bei 20 m. Die Idee ist, die Menge der Punkte auf 20, 40, 60 m zu bestimmen und dann ST_LineSubstring zu verwenden. Kommt Ihnen das richtig vor . 1 Eine Zusammenführung bedeutet normalerweise, dass Features aus einem Shapefile zu einem anderen hinzugefügt werden. Wenn sich ein Polygon in beiden Shapefiles an derselben Position befand und Sie sie zusammenführen, erhalten Sie eine Ausgabeebene, die beide Polygone enthält, sodass sie sich überlappen. Wenn Sie nur die Fläche und Länge für die neuen Polygone und keine Überlappungen Hallo, wir brauchen ein Werkzeug/Skript zum nummerieren von mehreren tausend Polygonen und Polylinien. Alle Objekte müssen eine eindeutige fortlaufende Nummer in einer Datenbank erhalten, die später auch automatisch im Plan dargestellt werden soll und über Datenexport in eine Excel Tabelle kommen Der QGIS-Linienpuffer führt zulligen schiste Der QGIS-Linienpuffer führt zu einer zufälligen Scheitelpunktreihenfolge im Pufferpolygon . Math Sucks, aber diese kleine Animation macht super Spaß. Ich habe dieses Thema bereits auf der QGIS-Entwickler-Mailingliste ausprobiert: Ich habe einen ziemlich komplexen Workflow zum Geometrie.

1. Est-ce que hat es mit der Transformation auf sich ? Ist das noch so, dass dies nur sicher in Qgis-Version 2.18 funktioniert? 2. Das Flächenvermessen draußen, kann man das auch so gestalten, dass man mit der Hardware die Flächen abläuft und der automatisch z.B. jede Sekunde ein Punkt gesetzt wird, so dass sich daraus dann das Polygon zeichnen lässt? Oder noch besser, es wird gleich eine Linie beim Ablaufen erstellt Thème : QGIS 2 Polygon Layer verschneiden (3180 mal gelesen) ioki Mitglied . Beiträge: 3 Registriert: 31.01.2018. QGIS 2.18.13: erstellt am: 31. Jan. 2018 12:55 -- editieren / zitieren --> Unités abgeben: Hallo zusammen, ich habe folgendes Problème: ich habe 2 Layer, beide im Koordinatensystem 31468, die ich gerne Verschneiden würde , sodass ich danach möglichst einen neuen Layer habe. Das. Daten erfassen, bearbeiten, darstellen und nutzen Mit der Software WIGeoWeb heben Unternehmen ihren Datenschatz richtig! Holen Sie Ihre Daten in ein Tool, mit dem Sie alle Herausforderungen der Datenpflege und Editierung auf einmal meistern: Daten erfassen, Daten bearbeiten, Daten darstellen und gemeinsam mit Ihrenköllegen ohne Umwege nutzen deutzen optimal - und aud

Gibt es eine Möglichkeit, Polygone dans QGIS durch mehrere

QGIS-Tipp: Polygonüberlappungen zählen Veröffentlicht am April 29, 2020 von geoobserver Letzte Woche habe ich auf Twitter ein QGIS-Modell [1], [2] von @kgjenkins gefunden, welches einfach und komfortabel Polygon-Überlappungen-Tu zätorial f. zeigt mit einem Video und einem bebilderten Text, wie ihr Daten (Punkte, Linien und Polygone) vektorisiert und behandelt. Dans QGIS kann das mit table join durchgeführt werden. Werte mit QGIS bearbeiten. Lade die Dateien (Shapefiles) mit den Ländergrenzen in QGIS (Télécharger les frontières du monde im Shapefile- oder geojson-Format) Lade die Attribute in Excel oder LibreCalc (Télécharger UN Bevölkerungsentwicklung 2100 in csv Ein Leitfaden für Anfänger zum Feature Engineeringer zur Verwendung von QGIS für die Datenwissenschaft. Foto von Jay Heike auf Unsplash Einführung. Eines der Projekte in meinem Flatiron Data Science-Programm bestand darin, einen beliebten Datensatz für den Verkauf von Wohnimmobilien für zu King Verwenn WA und ein. QGIS polygone teilen. Riesenauswahl an Markenqualität. Folge Deiner Leidenschaft bei eBay! Über 80% neue Produkte zum Festpreis Das ist das neue eBay. Finde Teilen Polygone in Linien und umgekehrt transformieren und Linienktord Sipaste. Kos ist das neue eBay. fügen Sie ihn in ein Polygonlayer ein: QGIS fügt ihn in den Ziellayer dessen Begrenzung am nächsten der Geometrie des. QGIS.

Mit QGIS können Sie jederzeit auf aktuelle OSM-Daten zugreifen, die Attribute auswählen, die Sie miteinbeziehen wollen, und leicht als leicht zu benutzendes Shapefile oder SQLite-Datenbank exportieren. Dieses Kapitel behandelt alles, was dafür nötig ist. polygone qgis dxf 77 . Quelle Teilen. Erstellen 06 juin. 17 06/06/2017 11:27:03 Guy . 0 >> Alternativ kannst Du auch das Loch füllen, das dadurch entsthende neue >> Polygon ausschneiden und in Deinen Editierlyer einfügen. >> >> Bernhard >> >> Am 24.02.2015 18:25, schrieb Reinhard Fischer : >> > Bonjour Ihr Hilfsbereiten ! >> >Bei der Bearbeitung eines neuen Projektes mit QGIS 2.6.0 habe ich ein >> Problème bei de QGIS PYTHON ARCPY COMMENT POSTGIS der Flüsse zu verbinden, die näher als ein Schwellenwert liegen. Eine andere verrückte Idee ist es, Seen zuerst mit Polygon zu Linie in Linien zu kollabieren und dann wieder in diese Spaghetti zu integrieren. @mik Ok kein Problème. Um ehrlich zu sein, hat mich das Problem wirklich interessiert. Ich werde die Antwort löschen und viel Glück bei Ihrer.

QGIS. Problème avec Polygon-Shapefile-Feldrechner. 2021. Tipps zum Beschriften von Punkten in. Beschriften Sie die Legendenobjekte schon direkt im Layerpanel im QGIS Hauptfenste Mit der kostenfreien Software QGIS (ehemals QuantumGIS)können Sie komfort abel internetbasierte Karten anschauen und eigene Daten dazu in Beziehung setzen oder anlegen und verarbeiten python - verschmelzen - qgis polygone zusammenführen . Elemente in einer Liste zusammenfassen (4) Für Ihre Daten konvertieren Sie zuerst die Zahlen in int und int dann die Zahlen: data = ['5', '4', '9'] somme. Outils de géotraitement d'édition de base dans QGIS. admin janvier 29, 2016 QGIS 0 Commentaires Je pense que j'apprécie juste QGIS et que j'écris des tutoriels dessus. Jusqu'à présent, c'est mon troisième tutoriel sur QGIS. J'ai pensé que je devrais écrire sur certains outils de base dont vous pourriez avoir besoin dans votre tâche quotidienne. Par exemple, créer un tampon ou découper le polygone, j'utiliserai les outils de géotraitement pour en montrer certains.

Editierfunktionen - QGI

Hallo liebes Forum, Lange her, dass ich mich in Verzweiflung an euch wende. Ich arbeite gerade an einer Karte dans QGIS (mac, version aktuellste). Das ganze ist ein relativ großes Projekt mit. Fusionner deux ou plusieurs polygones, points ou polylignes de Shapefile dans QGIS : Nous pouvons facilement fusionner deux entités dans Shapefile dans QGIS. Disons que j'ai un fichier Shapefile states.shp et que je souhaite fusionner deux états. Ouvrez votre outil QGIS. 1.) Sélectionnez le calque et. Import von DXF-Dateien mit optionnellement Abspeicherung im Shape-Format. QGIS est membre du seiner Standardausstattung in der Lage DXF-Dateien darzustellen. Auch. Die Features oder Feature-Teile, die in allen Eingaben vorkommen (sich überschneiden), werden in die Ausgabe-Feature-Class aufgenommen qgis polygon length 49 . Quelle Teilen. Erstellen 06 nov. 17 06-11-2017 18:03:43 Jorge Rotter. 0. Die roten Kreuze sind die Knoten der Polygone.Stellen Sie sicher, dass der untere linke Knoten (Kreuz) von 2 genau mit dem oberen linken Knoten von 8.

Aufteilen nicht zusammenhängender Vektorfunktionen dans QGIS

  • Ausschneiden, Aufteilen und Zuschneiden von Objekten Formgitter Skalieren, Verbiegen und Verzerren von Objekten Angleichen von Objekten Verformen mit Hüllen Ändern der Form von Objekten mit Effekten Erstellen neuer Formen mit Eckes von Shapewend inter und
  • 2 Was Sie versuchen, wird als Aufteilung bezeichnet. Sie können den Überlappungsbereich ermitteln, benötigen jedoch den Teil des Populationsattributs, der zu diesem Bereich gehört, und gehen von einer gleichmäßigen Verteilung aus. ArcGIS verfügt über einige Tools / Einstellungen, die dies intern verarbeiten können, aber ich weiß nicht, ob QGIS dies tut. Matrice manuelle Méthode, matrice.
  • tâche simple de créer un cercle de rayon de 100 km sur ma carte (j'ajoute une série de points manuellement, un par un, et j'ai besoin d'un moyen rapide de vérifier s'ils se trouvent à une certaine distance de mon emplacement cible)

Thème : Linien / Polygone in viele Teile trennen. (174 mal gelesen) CRONOS Mitglied Verm.Tech. Beiträge: 2 Registriert: 10.02.2021 _____<P>Intel i5 / RTX2080s<P>Vestra AutoCAD Cloudcompare QGIS Metashape: erstellt am: 10. Feb. 2021 17:44 -- editieren / zitieren --> Unités abgeben: Hallo zusammen! Ich suche eine Möglichkeit eine Linie/Polylinie aus einer SHP oder DXF Datei in viele Teile. Thème : Linien / Polygone in viele Teile trennen. (167 mal gelesen) CRONOS Mitglied Verm.Tech. Beiträge: 2 Registriert: 10.02.2021 _____<P>Intel i5 / RTX2080s<P>Vestra AutoCAD Cloudcompare QGIS Metashape: erstellt am: 10. Feb. 2021 17:44 -- editieren / zitieren --> Unités abgeben: Hallo zusammen! Ich suche eine Möglichkeit eine Linie/Polylinie aus einer SHP oder DXF Datei in viele Teile.

Cliquez sur le polygone que vous souhaitez diviser. Cliquez sur la flèche de la liste déroulante Tâche en cours, puis sur Couper les entités polygonales. Cliquez sur la flèche de la liste déroulante de la palette d'outils, puis sur l'outil Esquisse . Construisez une esquisse de ligne qui coupe le polygone d'origine comme vous le souhaitez. Cliquez avec le bouton droit n'importe où sur la carte et cliquez sur Terminer l'esquisse. Le polygone est divisé en deux entités ou plus Fusionner des polygones qgis Fusionner des polygones qgis In diesem Tutorial erstellen wir in QGIS aus frei verfügbaren ASTER-Daten ein Höhenrelief, das deiner Karte als Hintergrund dienen kann. Mit QGIS ist es relativ einfach, Karten selbst zu erstellen und ein eigener Kartenhintergrund poliert das Werk optisch sehr auf. Erfahre hier, wie es geht Je ne veux pas avoir plusieurs polygones et je ne veux pas. Qgis linien zusammenführen. Polygone in Linien und umgekehrt transformieren mit copier/coller. Kopieren Sie ein Linienobjekt und fügen Sie ihn in ein Polygonlayer ein: QGIS fügt ihn in den Ziellayer dessen Begrenzung am nächsten der Geometrie des Linienobjekts entspricht. Dies ist ein einfacher Weg, um verschiedene Geometrien der selben Daten zu erzeugen. Objekte können an externe. Fusionner. Neues Projekt dans QGIS öffnen Shape-Files dans QGIS chargé. Aus dem heruntergeladenen Datenpaket (zB Pour améliorer la robustesse de ST_Split, il peut être pratique de ST_Snap l'entrée à la lame à l'avance en utilisant une très faible tolérance. Sinon, la grille de coordonnées utilisée en interne peut entraîner des problèmes de tolérance, où les coordonnées de l'entrée et de la lame ne tombent l'un sur l'autre et l'entrée n'est pas divisée correctement (voir #2192)

- teilen sich auf à Ausbaugebiete im Sinne des Antrages (Zielgebiet, Antragsgebiet): innerhalb der weißen Flecken liegendes antragsfähiges Gebiet → die Angabe erfolgt im Layer Ausbaugebiete_BFP (siehe 3.1.4, S. 7) Das bedeutet @ Jonas Wie viele Polygone chapeau deine Ebene 2? weil es keine neuen Polygone hinzufügt. Nur ein Polygon @ Jonas Sie könnten Ihre Punkte mit qgis rastern. Dies scheint in diesem Fall die einzige Option zu sein. Außerdem, was ist dein Ziel ? 1 Die kurze Répondre auf Ihre Frage lautet Nein. Polygone sind einfach nicht dafür ausgelegt. était Sie. Zeichnen Sie auf der Karte Linien oder Polygone ein, um Routen oder interessante Flächen zu planen oder zu markieren. Pfade oder Polygone zeichnen Öffnen Sie Google Earth. Navigieren Sie zu

Teilen von Polygonen—Hilfe ArcGIS for Deskto

qgis - Lücke zwischen zwei verschiedenen (großen . Polygone, die Sie z. B. zur Darstellung von Landnutzung, Böden, Landkreisen oder Grundeigentum erstellen, grenzen in den meisten Fällen aneinander. digitalisieren, und Sie können Überlappungen und Lücken zwischen den Polygonen vermeiden. Mithilfe der Konstruktionswerkzeuge zum automatischen Schließen können Sie beim Erstellen neuer Polygone. Da derzeit das Plugin GeoRécherche nicht funktioniert und künftig wahrscheinlich nur mit den API der entsprechenden Anbieter funktionieren dürfte, werden Alternativen benötigt. Die beiden folgenden Plugins sind experimentell, es können aussi Fehler auftreten.Unter Erweiterungen → Erweiterungen verwalten und installieren → Einstellungen → Auch.

QGIS : Zusamengefügte Caractéristiques wieder aufsplitten

  1. Fonctionne dans Feldrechner QGIS. 2021. Bearbeiten vieler falscher Schreibweisen in der Attributtabelle mit QGIS. Eine der Spalten in meiner Attributtabelle heißt table_ot. Einige der Funktionen in dieser Spalte beginnen mit einem Buchstaben. Beispiel: table_ot = G 190 Ich möchte alle Buchstaben am Anfang des Feature-Werts löschen und am Ende Folgendes erhalten: table_ot = 190 . Können Sie.
  2. Dessine un autre triangle avec un intérieur bleu. Le paramètre Canvas.Left déplace le polygone de 150 pixels vers la droite. --> <Polygon Points=10,110 110,110 110,10 Fill=Blue Canvas.Left=150 /> <!-- Dessine un triangle avec un contour noir. Les paramètres Canvas.Left et Canvas.Top déplacent le polygone vers le bas de 150 pixels et de 150 pixels vers la droite.--> <Polygon Points=10.110 110,110 110,10 Stroke=Black StrokeThickness=4 Canvas.Left=150 Canvas.Top=150 / > </Toile>
  3. 1. QGIS Grundlagen Für diese Projektarbeit wurde die QGIS Version 2.3 sowie 2.6 auf Windows sowie. qgis - Verbinden Sie Punkte und speichern Sie . J'utilise actuellement QGIS 1.8.0. Je voudrais créer une couche de polygones à partir d'un jeu de données de points, où la taille des polygones est liée à la résolution de la référence de grille. Le but ultime serait.

Comment diviser une couche vectorielle en fonction d'un attribut dans QGIS GIS

Verwaltungsgrenzen als Polygone, optionnel mit Informationen zur Hierarchie, vereinfachten Geometrien und optionnel ohne Hoheitsgewässer (Dokumentation, Beispiele) öffentlicher Nahverkehr Die Preise für diese Shapefiles richten sich nach dem Arbeitsaufwand. Lassen Sie sich von uns ein Angebot machen ! Kostenpflichtige vs. kostenlose Shapefile Qgis polygone ausschneiden. Polygone in Linien und umgekehrt transformieren mit copier/coller. Kopieren Sie. Wenn jedoch bereits einige Linien-Features vorhanden sind, die Sie verbinden möchten, gibt es eine Reihe von Möglichkeiten: Um eine Linie zu verlängern oder zu kürzen,.

QGIS polygone teilen - prix bas sur qgi

[ ⇑] en stellen die Region des Raumes zwischen der angegebenen Ebenenhöhe und den Teilen der Oberfläche dar, die sich oberhalb der Ebene befinden. Dies ist die Standardeinstellung. [>>>] auf Grund von historischen


1. INTRODUCTION

Le loup mexicain, Canis lupus baileyi (Nelson & Goldman, 1929), la sous-espèce de loup gris la plus petite et la plus distincte sur le plan génétique en Amérique du Nord (Nowak, 1995), habitait autrefois les forêts tempérées du Mexique et du sud-ouest des États-Unis avant d'être presque disparue au cours du 20e siècle (Gish, 1977 McBride, 1980). En 1976, le U.S. Fish and Wildlife Service (USFWS) a classé le loup mexicain comme une espèce en voie de disparition (USFWS, 1976). A cette époque, il y avait moins de 50 individus à l'état sauvage, tous dans la Sierra Madre Occidental, au Mexique (Brown, 1983 ).

En 1998, après un programme d'élevage en captivité réussi (Siminski, 2016), l'USFWS et ses partenaires ont relâché les premiers loups de captivité dans les parties centrales de l'Arizona et du Nouveau-Mexique (actuellement désignées sous le nom de Mexican Wolf Experimental Population Area ou MWEPA), pour établir une population sauvage autosuffisante (USFWS, 1982). Actuellement, cette zone compte une population sauvage d'au moins 163 individus (USFWS, 2020). Au début des années 1980, des efforts de rétablissement ont commencé au Mexique avec des initiatives visant à identifier des sites appropriés pour établir une population de loups mexicains (CONANP, 2009 ). En 2011, le programme de rétablissement a relâché le premier groupe de loups mexicains dans la nature dans le nord de Sonora, au Mexique (CONANP, 2011 ). Depuis lors, 14 lâchers supplémentaires ont eu lieu dans la nature, avec la première portée sauvage en 2014 (CONANP, 2016 ). Actuellement, environ 35 individus vivent dans la nature au Mexique (CONANP, 2020). Des lâchers supplémentaires au Mexique sont nécessaires pour assurer la persistance à long terme du loup mexicain dans la nature.

Au cours des 20 dernières années, plusieurs efforts, utilisant les informations disponibles à l'époque, ont été entrepris pour identifier des zones propices au rétablissement du loup mexicain. La plupart de ces efforts se sont concentrés sur des régions spécifiques des États-Unis et du Mexique (Araiza, 2001 Araiza et al., 2012 Carnes, 2011 Carroll et al., 2003, 2006 , 2014 Carroll et al., 2004 Martínez-Gutiérrez, 2007 ) . L'un des défis pour compléter les analyses d'habitat passées à l'échelle de l'aire de répartition a été la disponibilité d'informations fiables couvrant les deux pays, en particulier sur la disponibilité des proies des ongulés sauvages (Carroll et al., 2004). Cependant, ces dernières années, des bases de données régionales et mondiales ont été disponibles pour aider à surmonter cette limitation. À notre connaissance, une seule étude (Hendricks et al., 2016) a tenté une analyse à l'échelle de l'aire de répartition afin de redéfinir la répartition historique du loup mexicain et d'identifier les zones appropriées dans son aire de répartition élargie pour guider le rétablissement.Malheureusement, leur analyse contient des failles méthodologiques critiques pour délimiter des zones appropriées qui rendent leurs résultats et conclusions discutables pour éclairer la planification du rétablissement (Heffefinger et al., 2017a).

Ici, nous présentons l'analyse modélisée de la répartition et de l'adéquation de l'habitat pour le loup mexicain qui a été développée pour et intégrée dans le Plan révisé de rétablissement du loup mexicain (USFWS, 2017). Cette analyse a utilisé une approche de modélisation de la distribution des espèces basée sur des niches et a incorporé des facteurs naturels et anthropiques, dérivés de bases de données mondiales, qui étaient précédemment identifiés comme influençant l'établissement et la persistance des populations de loups, y compris la couverture terrestre et la végétation, la densité de population humaine et la densité des routes (Carroll et al., 2014 Jedrzejewski et al., 2004 Oakleaf et al., 2006 ). En collaboration avec les agences responsables de la gestion et du suivi des populations d'ongulés sauvages, nous avons inclus pour la première fois des informations sur la densité relative des proies sauvages, l'un des facteurs clés influençant le succès des populations de loups (Fuller et al., 1992, 2003).


Méthodes

Site d'étude

Cette étude a été menée dans l'archipel de Spermonde (Figure 1), situé dans le sud-ouest de Sulawesi, au large des côtes de sa capitale Makassar. Il comprend jusqu'à 150 bancs de corail et îles récifales dans 400 000 ha d'eaux côtières avec une profondeur maximale de 60 m (Pet-Soede et al., 1999 Jompa et Yusuf, 2012 Schwerdtner Mánez et al., 2012). Ces îles se trouvent au sommet d'une plate-forme submergée s'étendant du nord au sud et parallèlement au détroit de Makassar, où la profondeur atteint 2 500 m (Imran et al., 2013). Plus de 45 000 personnes vivent sur 54 de ces îles, souvent extrêmement densément peuplées. Par exemple, en 2010, 216 et 325 personnes par ha habitaient respectivement les îles de Badi et Barrang Caddi (Schwerdtner Mánez et al., 2012). La plupart des îles peuplées sont situées à proximité du continent du sud-ouest de Sulawesi (Pet-Soede et al., 2001a). Le ruissellement des terres a été lié à une mauvaise qualité de l'eau et à une eutrophisation localisée (Edinger et al., 1998 Teichberg et al., accepté). Les ménages dépendent largement de la pêche ou des activités liées à la pêche pour leur subsistance et la génération de revenus. Les emplois alternatifs, tels que le petit commerce ou la construction, jouent un rôle mineur dans les économies locales (Ferse et al., 2014 Mi༚rro et al., 2016). La pression anthropique à Spermonde liée au fort développement de la région côtière a provoqué une dégradation généralisée des récifs coralliens et une forte exploitation de ses ressources naturelles (Pet-Soede et al., 2001b Ferse et al., 2014 Glaser et al., 2015).

Figure 1. Emplacement de l'archipel de Spermonde dans le sud-ouest de Sulawesi, en Indonésie, et les noms des îles où les données de cette étude ont été collectées.

L'archipel de Spermonde abrite l'une des plus grandes pêcheries récifales d'Indonésie (Ferse et al., 2014). La pêche artisanale est menée par des unités fonctionnelles constituées de groupes ou de pêcheurs individuels, ainsi que des différents bateaux et engins qu'ils utilisent (Pet-Soede et al., 2001a Deswandi, 2012). Les grands bateaux sont utilisés pour installer des filets, souvent combinés avec des pêches légères (pers. obs.). Les chaloupes sont utilisées pour transporter des pièges à placer sur le fond marin. Ces bateaux peuvent également être utilisés avec des méthodes de pêche illégales, telles que la pêche à l'explosif et au cyanure (Deswandi, 2012). Les petites embarcations sont principalement utilisées avec des engins à hameçons (Pet-Soede et al., 2001a). Globalement, plus de 20 types de méthodes de pêche utilisant différents engins sont utilisées à Spermonde, qui sont souvent modifiées selon la saison ou les conditions météorologiques (Breitkopf, 2014). En revanche, les types de bateaux sont une caractéristique plutôt stable des unités de pêche (Deswandi, 2012).

La dynamique intra-annuelle des pêcheries de Spemonde est liée à la survenue de deux saisons météorologiques : la mousson SE ou saison sèche de mai à septembre, et la mousson NW ou saison humide de décembre à mars, avec un temps de transition en avril, octobre. , et novembre. Deswandi (2012) relie les deux saisons à différents schémas spatiaux de distribution de l'effort de pêche. Pendant la saison sèche, les conditions de navigation sont bonnes et les activités de pêche se déroulent principalement vers le secteur ouest. La saison des pluies est caractérisée par de fortes précipitations lorsque les activités de pêche sont limitées aux zones intérieures de l'archipel, et de nombreux pêcheurs émigrent vers des régions avec de meilleures conditions météorologiques dans le sud et le sud-est de Sulawesi (Ferse et al., 2014).

Échantillonnage

La collecte des données pour cette étude a eu lieu du 25 novembre 2014 au 25 mars 2015 sur l'île de Badi (4끘�″ S, 119뀗�𠌾, Figure 1). Badi est situé à 24 km au nord-ouest de Makassar et a une extension de 10 ha. Selon les statistiques démographiques publiées dans la salle de réunion communale, en décembre 2014, il y avait 1944 habitants et 518 ménages. Seuls les pêcheurs utilisant de petites embarcations et restant toute la saison des pluies ont été choisis comme groupe d'étude (132 hommes adultes). Les bateaux mesuraient en moyenne 6,3 (1,7) m de long, en bois ou en fibre de verre, avec une barre latérale stabilisatrice et un moteur improvisé composé d'une pompe à eau de 5� cv adaptée à un axe à hélice. Ces bateaux sont appelés kapal katinting, ou lepa-lepa et sont principalement utilisés par les pêcheurs à la ligne (Pet-Soede et al., 2001a Mi༚rro et al., 2016).

Les participants à l'étude ont été regroupés selon le type d'informations qu'on leur a demandé de fournir, selon les procédures de sélection énumérées dans le tableau 1. Les informateurs clés comprenaient le gardien de la porte (un ancien pêcheur à la bombe et maintenant au piège qui coopère avec des chercheurs de l'Université Hasanuddin et patrouille dans les zones de pêche autour de Badi), le chef de la communauté, un pêcheur expérimenté qui fabriquait et vendait des appâts de poulpe comme source alternative de revenus, et deux collecteurs de poisson (c'est-à-dire des patrons). Cette recherche a été menée conformément à toutes les normes éthiques décrites dans le livre blanc modifié et mis à jour sur la sauvegarde des bonnes pratiques scientifiques de la Fondation allemande pour la recherche [Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), 2013]. Au moment du travail sur le terrain, aucune approbation éthique n'était nécessaire conformément à la loi ou aux règlements allemands ou indonésiens en dehors de ceux approuvés dans le permis de recherche et par l'Université Hasanuddin. Dans tous les cas, la demande de communication d'informations comprenait une procédure orale de consentement préalable en connaissance de cause (Wiles et al., 2005) sans incitations économiques. En cas de questions et de préoccupations pouvant survenir après l'étude, les coordonnées du chercheur ont été fournies au responsable de la communauté.

Tableau 1. Tableau comparatif des participants à l'étude.

Suivi des bateaux

Un premier entretien avec les participants du groupe 1 (tableau 1) comprenait des questions générales concernant les pratiques de pêche et les antécédents personnels. Les participants ont été invités à emporter des traceurs GPS lors de leurs sorties de pêche. Dix pisteurs Conrad GT-750 et cinq trackers i-gotU GT-120 ont été réglés pour enregistrer les coordonnées et la vitesse dans un intervalle de 5 s. Les trackers n'ont pas été donnés à la même personne plusieurs jours consécutifs pour minimiser la corrélation des données, comme décrit par Pet-Soede et al. (2001a). Les trackers ont été récupérés le soir après la sortie de pêche à la résidence des participants. Un bref entretien a été mené pour collecter des données sur le nombre de pêcheurs à bord pendant le voyage, les noms des lieux de pêche visités le long de la route, les engins utilisés par ordre d'utilisation et leurs données de capture associées (espèces, nombres de captures par espèce et leurs poids).

Au cours de ces entretiens, les lieux de pêche n'étaient identifiés que par leur nom au lieu de montrer une carte aux pêcheurs car le temps de collecte des traceurs était court (20 min) et peu de pêcheurs connaissaient ce type de cartes (Deswandi, 2012). Pour compenser, une carte bathymétrique a été utilisée pour interroger les informateurs clés sur l'emplacement des lieux de pêche les plus fréquemment mentionnés. Ces cartes incluaient déjà des noms locaux de récifs et d'îles individuels. Des informations anecdotiques pertinentes pour l'interprétation des données spatiales numériques ont été ajoutées aux formulaires après une étude pilote et concernaient si les pêcheurs passaient du temps à se reposer, à vendre leurs prises ou à rechercher des points de repère au lieu de pêcher (si oui, quand/où).

Enquête sur les débarquements

Une enquête sur les débarquements de captures a été menée pour valider les données de capture obtenues lors des entretiens de suivi des bateaux. L'équipe de terrain attendait les pêcheurs (groupe 2, tableau 1) arrivant à une série de points de débarquement préalablement identifiés, généralement à proximité des maisons des collecteurs de poissons. Les captures débarquées ont été pesées soit par les chercheurs, soit par les collecteurs de poissons (en particulier les aliments vivants car ils sont facilement endommagés et obtiennent les prix les plus élevés sur les marchés internationaux), et les pêcheurs ont été invités à répertorier les articles vendus en mer ou sur d'autres îles. L'identification des espèces a été effectuée in situ à l'aide du guide de terrain Allen's (2009) pour les débarquements et les entretiens. Les invertébrés et certains poissons ont été identifiés à l'aide de photographies pour consulter des experts de l'Université de Hasanuddin et du site Web « The Tree of Life » [Mangold (1992-2003) et al., 2010 Mangold (1922-2003) et Young, 2016].

L'analyse des données

Identification des lieux et des engins de pêche

Les lieux de pêche ont été identifiés sur une carte de navigation imprimée après avoir comparé les descriptions verbales des itinéraires avec l'animation correspondante de la trace GPS dans Google Earth, et les tracés vitesse/temps de trajet dans GPS Photo Tagger 1.2.4. De nouvelles questions découlant de ces observations concernant les noms des lieux de pêche ou les différences de vitesse des bateaux ont été incluses dans des entretiens supplémentaires avec des participants du groupe 1 et des informateurs clés.

Les principaux engins de pêche des espèces commerciales dans lesquels les participants étaient spécialisés étaient la ȁligne de traîne” (pour le maquereau espagnol et le mérou vivant) et “octopus appât.” La ligne de traîne est une méthode de pêche dynamique consistant en une ligne à main avec un appât artificiel coloré tiré derrière un bateau en mouvement à vitesse modérée. L'appât Octopus est une méthode statique dans laquelle le moteur est éteint. Il s'agit d'une ligne avec un appât en plastique fabriqué à la main, rempli de plombier et décoré de cuillères métalliques pour produire du bruit dans l'eau (voir aussi Ferse et al., 2014). Les pêcheurs ont expliqué à plusieurs reprises qu'ils restaient à bord en tirant sur la ligne "comme danser" pour produire des sons qui attirent la pieuvre, tout en regardant avec des lunettes sous l'eau pour tirer la ligne lorsqu'une pieuvre entourait l'appât avec ses bras car, selon leurs mots, ȁLe coctopus n'a pas toujours faim mais il est curieux.” Les vitesses des bateaux ont été attribuées aux différentes techniques de pêche sur la base des résultats d'entretiens avec les pêcheurs et utilisées par la suite pour analyser les données spatiales des pistes.

Sauf indication contraire, les données GPS ont été traitées et analysées au moyen du logiciel statistique RStudio (RStudio Inc. RStudio. Boston, USA 2012) en utilisant la version R 3.3.1 (2016-06-21) (R Core Team, 2016). De plus, les packages suivants ont été chargés : maps (Becker et al., 2016b), rgeos (Bivand et Rundel, 2016), mapdata (Becker et al., 2016a), maptools (VanDerWal et al., 2014 Nychka et al., 2015 Bivand et Lewin-Koh, 2016), xlsx (Dragulescu, 2014), rJava (Urbanek, 2016), plyr (Wickham, 2011), car (Fox et Weisberg, 2011), ggplot2 (Wickham, 2009).

Le pool de pistes a été utilisé pour délimiter les zones de pêche en suivant ces étapes : dans R Studio, (1) réduire le bruit en vitesse en utilisant la fonction de lissage 3RSR pour éliminer les pics et les vallées de longueur à deux points (Tukey, 1977) (2) produire un histogramme identifier les plages de vitesse associées aux engins de pêche et aux déplacements entre les sites de débarquement/de pêche. (3) Dans QGIS 2.8 Wien (QGIS Development Team, 2014), importez les pistes en tant que couches vectorielles de points et fusionnez en une seule couche avec le plugin mmqgis (Minn, 2015), (4) filtrez par plage de vitesse, (5) pixellisez le résultat couche vectorielle à l'aide de l'outil “heatmap” (Taille de la cellule : 10 × Rayon carré de 10 m : cellules de 500 m avec 0 point : type de rendu transparent : interpolation de couleur pseudocolor monobande : précision linéaire : réelle Ghandi, 2015), (6 ) importer une carte de navigation numérisée en tant que fond de carte et augmenter la transparence de la carte thermique pour voir les deux couches, (7) dessiner des polygones autour des zones voisines de haute densité et des noms locaux similaires. Les polygones finaux seront appelés ci-après “zones de pêche”. (8) Créez un raster avec une résolution moindre (pour protéger les connaissances du participant Metcalfe et al., 2016) résumant la distribution spatiale des deux vitesses de pêche avec la couleur de la cellule représentant la vitesse la plus fréquente par cellule.

Analyse de l'effort de pêche

Afin de quantifier l'effort de pêche, chaque sortie a été divisée en périodes, appelées �tions de pêche,” définies comme la partie de la trace GPS à l'intérieur d'une zone de pêche (polygone dans le SIG) ayant une certaine vitesse. L'effort de pêche par action a été estimé en comptant le nombre de points de la piste à l'intérieur du polygone correspondant, dans la classe de vitesse des engrenages. Le décompte a été multiplié par la fréquence d'enregistrement du traqueur (5 s) et transformé en heures d'effort de pêche. La distance au port d'attache (Badi) par action a été estimée comme la distance entre la latitude et la longitude moyennes géométriques de tous les points inclus dans l'action.

Les associations potentielles dans l'utilisation de certains engins sur des lieux de pêche particuliers ont été explorées dans une analyse de tableau de contingence (Hammer, 2010). Les données d'entrée étaient une matrice avec les zones de pêche en lignes, les engins en colonnes et le nombre d'actions en cellules. Les engins avec des données insuffisantes ont été exclus. L'analyse a été effectuée dans PAST 2.17c (Hammer et al., 2001).

Les différences de temps de pêche moyen par action entre différents engins et zones de pêche ont été analysées au moyen du Mann Whitney U-Test afin de tenir compte des tailles d'échantillon inégales.

Description des données de capture

La composition taxonomique de la capture a été décrite en termes de pourcentages de chaque taxon dans la biomasse totale. Les poissons étaient regroupés par familles et les céphalopodes par ordre. Cela a été fait séparément pour les deux sous-ensembles de données (suivi des bateaux et relevé des prises au débarquement) afin d'explorer les différences potentielles liées à l'échantillonnage chez les espèces cibles. Les sous-ensembles de données ont ensuite été regroupés pour mesurer l'abondance des captures à l'aide de l'indice de capture par unité d'effort (CPUE) (Jul-Larsen et al., 2003). Les unités de mesure étaient le kg bateau 𢄡 jour 𢄡 , ce qui signifie la masse moyenne des prises quotidiennes par bateau. Ces unités sont cohérentes avec la littérature antérieure sur les pêcheries de Spermonde (Pet-Soede et al., 2001a). Les estimations de PUE représentent le pool total de données de capture (suivi des bateaux et relevé des débarquements), à l'exclusion des sorties sans capture.


Conclusion

Nous avons trouvé des preuves supplémentaires de l'empiètement des bois par les arbustes dans les prairies des hautes terres du sud du Brésil. Pourtant, le fait le plus remarquable de nos résultats est le rythme du changement de végétation qui s'accélère de façon exponentielle au cours des 11 premières années. Par conséquent, de vastes étendues de prairies peuvent être remplacées par des arbustes après seulement une décennie de changement de gestion. En outre, nous pensons que les propriétaires terriens locaux (éleveurs) comprennent les conséquences de leur gestion - qui comprend les incendies et le pâturage par le bétail - à la fois sur l'entretien des prairies et la prévention des incendies de forêt destructeurs à grande échelle. Sur la base de ces connaissances et de l'analyse des changements de végétation, nous suggérons que le rythme rapide de l'empiètement des arbustes dans la région menace non seulement les écosystèmes des prairies et sa biodiversité unique, mais aussi le bien-être humain et le patrimoine culturel du paysage. De tels résultats soulignent la nécessité de politiques de conservation des prairies permettant et instruisant sur le calendrier, la fréquence et l'étendue des régimes de brûlage dirigé en tant qu'outil de gestion pour les parcours et les aires protégées.


4 Résultats

4.1 Cartographie du schéma d'émission de poussière et points sources de poussière dérivés de Landsat

Les systèmes pierreux et le substrat rocheux couvrent de vastes zones de la zone d'étude du Namib lorsqu'ils sont cartographiés selon la classification PDS (Figure 1b). Deux vastes systèmes éoliens de la mer de sable du Namib au sud et du champ de dunes de la Skeleton Coast au nord représentent la deuxième plus grande partie de la superficie. Dans la présente étude, la classification PDS a été appliquée aux 2 289 points sources de poussière observés à partir des images Landsat (1990-2016) de von Holdt et al. (2017, figures 1 et 2). Globalement, les systèmes lacustres éphémères et les systèmes alluviaux couvrent une très faible proportion de la zone d'étude (2% de la zone) mais contribuent un peu plus des trois quarts des points sources observés (77% des panaches Figure 2). En revanche, les systèmes pierreux (27 % de la superficie et 22 % des points sources) et les systèmes éoliens (15 % de la superficie et 0,5 % des points sources) couvrent de vastes zones mais contiennent moins de sources ponctuelles d'émission de poussière. Des détails supplémentaires sur la classification du relief pour les points sources de poussière effectués dans la présente étude sont donnés dans la section S2 des informations à l'appui.

La représentation du paysage selon le LSM (figure 1c) est sensiblement différente du PDS, avec de vastes zones de substratum rocheux et de systèmes pierreux classés soit comme système alluvial, soit comme lac éphémère. De plus, une grande partie de la mer de sable du Namib est classée comme système pierreux, un problème noté par Parajuli et Zender ( 2017 ). Des zones relativement petites d'un paysage sont responsables de la plupart des émissions de poussière (par exemple, Bullard et al., 2008 Gillette, 1999 Lee et al., 2009 ), ce qui est évident lorsqu'on attribue un niveau de potentiel d'émission de poussière à la surface terrestre du PDS. classification selon Bullard et al. (2011 Figure 1d). Les systèmes alluviaux et les systèmes lacustres éphémères sont les émetteurs potentiels les plus élevés, les systèmes éoliens ont un potentiel d'émission de poussière faible à moyen, et les systèmes pierreux et le substrat rocheux sont des émetteurs à faible potentiel. Les couleurs attribuées aux catégories de potentiel d'émission faible, moyen et élevé suivent le schéma de couleurs utilisé dans le SSM (figure 1e) par Parajuli et Zender ( 2017 ). Le SSM met en évidence le potentiel élevé des systèmes alluviaux à émettre de la poussière mais, lorsqu'il est cartographié, il en résulte une couverture alluviale plus étendue que celle représentée par le schéma PDS.

4.2 Flux d'émissions mesurés

L'analyse à l'échelle de la surface des mesures PI-SWERL illustre la variabilité inhérente des émissions de poussière à l'échelle du sous-sol (figure 3). À cette échelle, les surfaces non perturbées les plus émissives se sont produites là où des matériaux érodables en vrac (LEM) étaient présents. La présence d'un tel matériel était particulièrement associée à la présence de petites dunes de nebkha intercalées entre des dépôts fluviaux encroûtés dans les terrasses de remplissage de la vallée et dans les canaux de drainage des systèmes pierreux. Sur la figure 3, une distinction entre les surfaces encroûtées présentes dans les canaux ou sur les terrasses a pu être faite sur la base de la présence relative de saltators déterminée par inspection de la surface avant un test PI-SWERL. La figure 3 indique que les surfaces dominées par les LEM (moyenne géométrique : 0,3188 mg · m 2 · s) et les croûtes avec du sable abondant pour la saltation (moyenne géométrique : 0,342 mg · m 2 · s) étaient significativement plus émissives que les autres types de surfaces (p valeur <0.001 statistiques récapitulatives dans le tableau 2). Des surfaces de chaussée avec des densités variables de gravier ont été trouvées principalement dans les systèmes pierreux et dans certaines terrasses fluviales. Le revêtement en pierre à faible densité (couverture de gravier <30 %) était significativement plus émissif (moyenne géométrique : 0,02004 mg · m 2 · s) que les surfaces à forte densité de couverture de gravier (>30%). Surfaces de gravier à haute densité (moyenne géométrique : 0,0022 mg · m 2 · s), croûtes sans saltateurs (moyenne géométrique : 0,0046 mg · m 2 · s) et croûtes de sel (moyenne géométrique : 0,0008 mg · m 2 · s) étaient les plus faibles émetteurs. Tout p les valeurs des tests de signification sont indiquées dans les tableaux d'informations complémentaires S3 à S5.

mune une Taille de l'échantillon m après agrégation des mesures individuelles de PI-SWERL à l'échelle d'enquête pertinente.
mb b Taille de l'échantillon m en utilisant des mesures individuelles PI-SWERL.
Moyenne géométrique (mg · m 2 · s) CI bas c L'intervalle de confiance à 95% en dessous de la moyenne.
(mg · m 2 · s)
IC élevé d (mg · m 2 · s) Géo SD (mg · m 2 · s) Exploiter e Émissions minimales de l'unité/de la surface.
(mg · m 2 · s)
Maxf F Émissions maximales de l'unité/de la surface.
(mg · m 2 · s)
Surfaces (m = 128 mesures individuelles PI-SWERL)
Faible % de gravier 17 17 0.0204 0.0076 0.0566 8.544 0.0005 0.2129
% de gravier élevé 9 9 0.0022 0.0009 0.0052 4.378 0.0004 0.0155
Matière érodable en vrac 25 25 0.3188 0.2143 0.4861 2.898 0.0417 1.854
Croûte : pas de saltators 31 31 0.0046 0.0027 0.0071 4.016 0.0003 0.0704
Croûte : med saltators 12 12 0.0855 0.0578 0.1359 2.258 0.0102 0.2097
Croûte : hauts saltators 22 22 0.3418 0.2690 0.4356 1.730 0.1575 0.8649
Croûte de sel : avec et sans saltateurs 12 12 0.0008 0.0002 0.0026 8.146 0.00006 0.0210
Total n 128 128
Forme de relief (m = 17 transects PI-SWERL)
Terrasses 10 75 0.0651 0.0376 0.1194 2.680 0.0111 0.2191
Chenal* * Statistiques récapitulatives calculées avec les mesures individuelles comme insuffisantes m au niveau agrégé (m = 1).
1 9 0.0082 0.0014 0.0491 10.258 0.0009 0.1689
Chaussée 4 11 0.0075 0.0010 0.0436 10.416 0.0006 0.1501
Canal de drainage 2 13 0.0318 0.01332 0.0759 3.422 0.0133 0.0758
Total n 17 108g g L'évaluation du relief n'inclut pas les systèmes éoliens (m = 3) et les systèmes lacustres (m = 17).
Paysage (m = 12 reliefs)
Systèmes alluviaux 5 84 0.0379 0.0179 0.0881 2.848 0.0082 0.1310
Systèmes pierreux 4 24 0.0102 0.0019 0.0726 7.468 0.0006 0.0759
Systèmes éoliens* * Statistiques récapitulatives calculées avec des mesures individuelles comme insuffisantes m au niveau agrégé (m = 1).
1 3 0.0640 0.0406 0.1001 1.199 0.0534 0.0767
Systèmes lacustres éphémères 2 17 0.0022 0.0005 0.0094 7.479 0.0005 0.0094
Total n 12 128
  • une Taille de l'échantillon m après agrégation des mesures individuelles de PI-SWERL à l'échelle d'enquête pertinente.
  • b Taille de l'échantillon m en utilisant des mesures individuelles PI-SWERL.
  • c L'intervalle de confiance à 95% en dessous de la moyenne.
  • L'intervalle de confiance à 95 % au-dessus de la moyenne.
  • e Émissions minimales de l'unité/de la surface.
  • F Émissions maximales de l'unité/de la surface.
  • g L'évaluation du relief n'inclut pas les systèmes éoliens (m = 3) et les systèmes lacustres (m = 17).
  • * Statistiques récapitulatives calculées avec des mesures individuelles comme insuffisantes m au niveau agrégé (m = 1).

L'agrégation des flux d'émission observés au sein des classes à l'échelle du paysage trouvées dans les schémas de potentiel d'émission de poussière illustre la nature problématique de la représentation de la variabilité à l'échelle du sous-sol à une plus grande échelle (figure 4). La plus grande variabilité était présente dans les systèmes pierreux et alluviaux, et une fois agrégées à l'échelle du paysage, les moyennes géométriques pour ces deux classes n'étaient pas significativement différentes (Figure 4a). Notamment, les systèmes lacustres sont significativement différents (p valeur = 0,040) et ont systématiquement montré une faible émissivité pendant la durée de l'essai (moyenne géométrique : 0,0022 mg · m 2 · s). Les systèmes lacustres éphémères testés comprenaient le Huab playa et l'Ugab sabkha (Figure 1a), où significativement moins de poussière a été émise que les trois autres unités géomorphologiques du paysage tel que quantifié par le PI-SWERL (moyenne géométrique des systèmes alluviaux : 0,0379 mg · m 2 · s et moyenne géométrique des systèmes pierreux : 0,0102 mg · m 2 · s). Les systèmes éoliens n'ont pas été inclus dans l'analyse à l'échelle du paysage en raison de la taille insuffisante de l'échantillon, mais avaient une moyenne géométrique de 0,0640 mg · m 2 · s sur la base des mesures individuelles PI-SWERL (tableau 2).

La variabilité des systèmes alluviaux et pierreux a été davantage résolue en examinant les formes de relief distinctes présentes dans ces deux grandes classes de paysages (figures 4b et 4c). Dans le cas de la classe des systèmes pierreux, une distinction fondamentale pourrait être faite entre les surfaces de chaussées en pierre dominées par la présence de gravier grossier et les portions de chaussée où des canaux de microdrainage (environ 0,1 m de profondeur) ont été trouvés (Figures 4d et 4e). À son tour, la classe alluviale à faible relief pourrait également être divisée entre des portions de chenal fluvial à activité éphémère et des terrasses de remplissage de vallée, ces dernières situées au-dessus du chenal (Thomas et al., 2017 Figures 4f et 4g). Les terrasses de remplissage de la vallée de la rivière (au sein des systèmes alluviaux) étaient en moyenne la forme de relief la plus émissive (moyenne géométrique EF: 0,0651 mg · m 2 · s), suivis des systèmes pierreux présentant des canaux de drainage (moyenne géométrique : 0,0318 mg · m 2 · s). Les chaussées en gravier (moyenne géométrique : 0,0075 mg · m 2 · s) et les chenaux fluviaux actifs (moyenne géométrique : 0,0082 mg · m 2 · s) étaient moins émissifs. En termes de séparation statistique, cependant, seules les chaussées caillouteuses ont un taux d'émission plus faible que les terrasses alluviales (p valeur = 0,00769).

Le test PI-SWERL rapide et multiréplique permet de mesurer la variabilité spatiale du flux d'émission d'une surface, d'un relief ou d'un paysage donné (King et al., 2011 Sweeney et al., 2011 ). La même croûte dans un transect de 10 m peut être en grande partie non émissive (0,003 mg · m 2 · s) en l'absence de sable disponible pour la saltation mais très émissive (0,646 mg · m 2 · s) où un approvisionnement abondant de saltators est présent . Les taux d'émission générés par les tests PI-SWERL des surfaces reflètent la présence relative de ces saltators uniquement sous l'empreinte de l'instrument, ce qui entraîne des passages non émissifs sur la croûte où aucun saltator n'est présent. Cependant, les terrasses fluviales entourées d'un approvisionnement abondant de sable subiront un bombardement généralisé par saltation lors d'un événement de vent à haute vitesse de friction. Dans de telles circonstances, il est possible que l'ensemble du transect devienne hautement émissif sous le bombardement continu des saltators disponibles et des stocks de LEM dispersés entre les terrasses. Pour tester le degré auquel les mesures individuelles étaient spatialement autocorrélées, un test de Moran I a été effectué pour les mesures individuelles dans un transect et ne s'est pas avéré être spatialement autocorrélé (par exemple, p = 0,0705 en utilisant le I de Moran pour le transect Huab 2 et p = 0,090 pour Kuiseb 5) indiquant que la densité d'échantillonnage était adéquate et que l'autocorrélation n'est pas pertinente à l'analyse à l'échelle de la surface. Une densité d'échantillonnage plus élevée n'est pas possible étant donné la taille du PI-SWERL.

4.3 Flux d'émissions et relation avec les schémas de classification des surfaces terrestres

Le PI-SWERL fournit une quantification relative des taux d'émission de poussière de la surface, contre laquelle le potentiel d'émission de différentes classes géomorphiques dans les schémas de classification de surface (PDS et SSM/LSM) peut être comparé. La comparaison de la moyenne géométrique des émissions de poussière mesurées des transects PI-SWERL à travers les reliefs avec les valeurs de l'indice SSM pour l'emplacement de chaque transect PI-SWERL fournit un moyen d'évaluer et de contextualiser les valeurs SSM (Figure 5). La figure 5 représente également la classification de la surface terrestre selon le schéma PDS de Bullard et al. ( 2011 ) et la classification LSM de Parajuli et al. (2014). La détermination de la classification entre les deux schémas différents diffère considérablement, par exemple, avec LSM classant 2 des 20 emplacements de transects comme substratum rocheux, tandis que PDS les a identifiés comme des lacs asséchés ou des systèmes alluviaux (Figure 5). Ailleurs, on a découvert que le LSM classait les systèmes alluviaux PDS comme substratum rocheux avec des systèmes sédimentaires et pierreux comme Playa/Sabkha. Les résultats PI-SWERL ne montrent pas de relation claire entre l'émission de poussière mesurée et les valeurs SSM. Les valeurs SSM pour l'ensemble de la zone d'étude vont d'un minimum de 0,002 à un maximum de 0,519 avec une moyenne de 0,187, avec la moyenne géométrique maximale du taux d'émission du transect (0,2191 mg · m 2 · s) correspondant à une valeur SSM modérée (0,25 graphique 5). De plus, une large plage d'émissivité (0,002 à 0,2191 mg · m 2 · s) est observée dans la plage étroite des valeurs SSM entre 0,23 et 0,27. Cette gamme couvre les catégories LSM de dépôt de sable stabilisé, de dépôt de sable sur le substratum rocheux et le substratum rocheux, mais il est plus approprié de classer comme système à prédominance alluviale et un certain système pierreux selon la carte PDS. La valeur SSM la plus élevée pour les sites d'essai PI-SWERL était de 0,46, ce qui correspondait à un système pierreux avec une valeur d'émission de 0,0127 mg · m 2 · s. D'autres valeurs élevées de SSM (>0,3) se sont produites principalement dans les systèmes alluviaux, avec des valeurs d'émission mesurées variant largement entre 0,008 et 0,12 mg · m 2 · s, et la valeur de flux d'émission la plus faible dans cette plage associée aux canaux actifs. Les emplacements des points sources de poussière identifiés par von Holdt et al. (2017) avec les images Landsat de la figure 1a ont des valeurs SSM avec une plage de 0,078 à 0,508 et une moyenne de 0,245.

4.4 Prédicteurs du taux d'émission déterminés par l'analyse de l'arbre de régression renforcée

Le modèle BRT a produit les variables suivantes en tant que prédicteurs les plus importants de la poussière émise pendant les essais PI-SWERL : couverture de gravier (%), teneur en humidité (%), aplatissement, fraction de limon très grossier (%), sable très fin (%) , sable fin (%), résistance à la compression (kg/m 2 ), Ca (%), Mg (%) et S (%). La contribution relative de chaque variable au modèle est donnée en pourcentage, et les graphiques de dépendance partielle (figure 6) fournissent la relation entre les variables et le flux de poussière mesuré lorsque toutes les autres variables sont maintenues constantes. La tendance dans les graphiques est informative, plutôt que les valeurs réelles, avec des valeurs de dépendance partielle croissantes indiquant une augmentation des émissions de poussière et vice versa. Un changement soudain indique un seuil critique auquel le flux d'émission de poussière change. Prises ensemble, les variables prédictives significatives identifiées avec le BRT expliquent 70,8 % de la déviance du flux de poussière mesurée avec le PI-SWERL.

Sur la base de l'analyse BRT, les couches de sol avec une teneur en limon très grossier supérieure à 5% et une teneur en sable très fin à fin entre 10% et 20%, résultant en une distribution granulométrique platykurtique, devraient indiquer des zones avec un potentiel d'émission potentiellement accru. De plus, la densité de la couverture de gravier entraîne une augmentation de la rugosité et du blindage du lit qui semble exercer une influence significative sur la réduction du potentiel d'émission lorsque la teneur en gravier est de 15 % ou plus. L'humidité a longtemps été considérée comme un contrôle principal des émissions de poussière (par exemple, Ishizuka et al., 2005 McKenna-Neuman & Nickling, 1989 Munkhtsetseg et al., 2016 ) et apparaît comme un prédicteur principal. Le calcium et le magnésium ont également été identifiés comme des éléments importants potentiellement en raison de l'effet que les minéraux carbonatés ont sur l'érodabilité d'un sol encroûté, certains suggérant que ces minéraux agiront pour renforcer les croûtes en agissant comme agent liant (Gillette et al., 1982 ) et d'autres soutenant que la calcite offre très peu de résistance à l'abrasion (Pye & Tsoar, 1990 ). Nos données semblent soutenir une réduction du flux de poussière avec l'augmentation de la teneur en Ca et Mg.


Sur le lien entre la susceptibilité aux glissements de terrain et les infrastructures de transport – une approche basée sur les agents

Les réseaux routiers sont des systèmes interconnectés complexes. Toute perturbation soudaine peut avoir des effets débilitants sur la vie humaine ou l'économie. En particulier, les systèmes routiers dans les zones de montagne sont très vulnérables, car ils ne comportent souvent pas d'éléments redondants à des efficacités comparables.

Cet article traite des impacts des interruptions de réseau causées par des glissements de terrain sur le réseau routier (rural) du Vorarlberg, en Autriche.

Sur la base d'une carte de sensibilité aux glissements de terrain, nous démontrons les performances de la modélisation du trafic basée sur les agents à l'aide de données d'agents désagrégées. Cela nous permet d'obtenir des informations complètes sur les impacts des interruptions du réseau routier sur le comportement de mobilité des personnes concernées. Le choix d'un modèle de chaîne d'activité basé sur des agents nous permet d'intégrer les processus de prise de décision comportementale individuelle dans le modèle de flux de trafic. La représentation détaillée des agents individuels dans le modèle de transport permet d'optimiser certaines caractéristiques des agents et d'inclure leurs effets d'apprentissage social dans le système.

Selon le lieu de l'interruption, nos résultats révèlent des durées d'écart médianes comprises entre quelques minutes et plus d'une demi-heure, avec des effets plus sévères pour les personnes en emploi que pour les personnes sans emploi.

De plus, les résultats montrent les avantages de l'utilisation d'une modélisation du trafic basée sur des agents pour évaluer les impacts des interruptions du réseau routier sur les communautés rurales en fournissant des informations sur les caractéristiques de la population affectée, ainsi que les effets sur les routines quotidiennes en termes de coûts de détour. Cela permet aux gestionnaires de risques et aux décideurs d'accroître la résilience des réseaux routiers ruraux dans les zones reculées.

Les réseaux d'infrastructure et les actifs connexes soutiennent la fourniture de biens et de services essentiels à la société (Commission européenne, 2017 Mejuto, 2017 Gutiérrez et Urbano, 1996) . En particulier, la fonctionnalité des systèmes socio-économiques dans les communautés modernes dépend fortement de réseaux de transport étendus et interconnectés, car toute perturbation peut avoir des effets d'entraînement, entraînant éventuellement l'instabilité d'autres infrastructures critiques - à la fois au niveau national et au-delà (Bíl et al., 2015 Jaiswal et al., 2010) . Les principaux défis sont les conséquences socio-économiques négatives (pertes directes et indirectes élevées) pour les sociétés à la suite d'événements dangereux (Bordoni et al., 2018 Rheinberger et al., 2017 Pfurtscheller et Vetter, 2015 Kellermann et al., 2015 Pachauri et Meyer, 2014 Schweikert et al., 2014 Pfurtscheller, 2014 Meyer et al., 2013 Pfurtscheller et Thieken, 2013 Nemry et Demirel, 2012 Taylor et Susilawati, 2012 Rheinberger, 2011 Jenelius, 2009 Koetse et Rietveld, 2009) .

Les impacts causés par les phénomènes météorologiques violents et les dangers associés soulignent l'importance d'infrastructures de transport résilientes et fiables (Eidsvig et al., 2017), en particulier dans des paysages complexes tels que les Alpes européennes où la topographie empêche les redondances et les itinéraires alternatifs. La défaillance et la perturbation des infrastructures de transport peuvent donc affecter un environnement plus large en raison des effets en cascade qui résultent de la dépendance des économies, des institutions et des sociétés vis-à-vis de ces réseaux (Kellermann et al., 2015 Doll et al., 2014 Keller et Atzl, 2014 Pfurtscheller, 2014 Meyer et al., 2013 Kappes et al., 2012) . Cela est particulièrement vrai dans des conditions météorologiques extrêmes déclenchant des catastrophes, car des réseaux fiables sont essentiels pour les interventions d'urgence afin d'éviter de nouveaux dommages, de sauver des vies et d'atténuer les pertes économiques. La fiabilité du réseau dans ce contexte est définie comme comprenant la disponibilité et la sécurité du réseau. Les réseaux de transport non fiables et les pertes sociétales globales associées introduites par des incidents destructeurs dépassent considérablement les simples dommages physiques à une telle infrastructure. Outre une dégradation des routes – qui entraîne des efforts d'entretien et de reconstruction à effectuer par les exploitants routiers (cf. Donnini et al., 2017) – les effets secondaires tels que les coûts intangibles et indirects des dommages aux réseaux d'infrastructure doivent être pris en compte dans un contexte économique plus large et conduisent à une vulnérabilité considérable des sociétés affectées (Klose et al., 2015 Pfurtscheller et Thieken, 2013 Meyer et al., 2013 Fuchs et al., 2011 Fuchs, 2009) . Par conséquent, l'évaluation des systèmes de réseau de transport a gagné en pertinence dans les universités ainsi que dans le programme politique des autorités à toutes les échelles (Pant et al., 2018 Unterrader et al., 2018 Bíl et al., 2017 Pregnolato et al., 2017 Winter et al. al., 2016 Rupi et al., 2015 Jenelius, 2009 Taylor et al., 2006 Zischg et al., 2005a, b D'Este et Taylor, 2003 Berdica, 2002) .

Étant donné qu'il n'existe pas de définition sans contexte de la vulnérabilité du réseau routier, les approches méthodologiques respectives (même si très sophistiquées) restent fragmentaires et adaptées à plusieurs reprises aux contextes individuels (Bagloee et al., 2017 Eidsvig et al., 2017 Mattsson et Jenelius, 2015 Rupi et al. al., 2015 Fuchs et al., 2013) .

Berdica (2002, p. 119), par exemple, a suggéré que la vulnérabilité du réseau devrait être comprise comme « la susceptibilité aux incidents qui peuvent entraîner des réductions considérables de l'état de service du réseau routier ». Cela comprend une évaluation axée sur les points chauds les plus critiques (liens ou nœuds) au sein d'un système de réseau actuel, où l'impact socio-économique le plus élevé peut être observé, ce qui - selon d'autres chercheurs - équivaut à une exposition (Unterrader et al., 2018 Khademi et al., 2015 Jenelius et al., 2006) . D'autre part, Taylor et al. (2006) ont compris la vulnérabilité du réseau comme un concept proche de la faiblesse du réseau et donc comme la conséquence de l'incapacité à fournir une capacité suffisante pour l'objectif initial du système, à savoir transférer des personnes et des biens d'un point A à un point B. Cela montre déjà la lien étroit de la vulnérabilité du réseau à d'autres termes, tels que l'accessibilité, l'éloignement ou la robustesse, qui est lié à l'idée de performance du réseau (Yin et al., 2016 Taylor et al., 2006 D'Este et Taylor, 2003) . En résumé, l'idée derrière la vulnérabilité est une diminution de la capacité initiale à gérer le flux du réseau en fonction des perturbations (Yin et Xu, 2010) . Néanmoins, dans la littérature, deux directions principales de l'évaluation de la vulnérabilité des réseaux peuvent être distinguées : (1) l'analyse de la vulnérabilité topologique, qui comprend l'évaluation des systèmes de réseau de transport réels (représentés dans un réseau abstrait) et (2) l'analyse de la vulnérabilité basée sur le système, qui se concentre sur la structure du réseau au sein des modèles d'offre et de demande (Mattsson et Jenelius, 2015) . Dans le contexte du présent article, nous comprenons la vulnérabilité comme l'évaluation de l'impact perturbateur sur la base d'un certain événement (incident) qui provoque un dysfonctionnement ou une panne du réseau routier actuel (Postance et al., 2017 Pregnolato et al., 2017 Klose et al., 2015 Mattsson et Jenelius, 2015) . La perturbation potentielle peut aller d'événements naturels à des attaques terroristes, des effondrements d'infrastructures ou des accidents de la circulation ordinaires (Bagloee et al., 2017 Unterrader et al., 2018 Vera Valero et al., 2016 Mattsson et Jenelius, 2015 Koetse et Rietveld, 2009 Zischg et coll., 2005b Margreth et coll., 2003) . Selon la menace, la conséquence potentielle peut être un temps de trajet supplémentaire allant de quelques minutes à des coupures totales de plusieurs jours d'une communauté (Rupi et al., 2015 Taylor et Susilawati, 2012 Jenelius, 2009 Zischg et al., 2005b) . Par conséquent, un objectif central de l'évaluation de la vulnérabilité est l'identification des liens critiques au sein du système de réseau actuel qui sont très sensibles à de telles perturbations (Gauthier et al., 2018 Jenelius et al., 2006 Berdica, 2002) . Contrairement aux débats en cours sur la vulnérabilité dans les aléas naturels et la gestion des risques des bâtiments (voir par exemple Papathoma-Köhle et al., 2017 Fuchs et al., 2011 ou Fuchs, 2009 ), cependant, la vulnérabilité du réseau ne prend généralement en compte aucune probabilité. de perturbation dans l'évaluation (Rupi et al.,2015) .

Il existe deux principales approches méthodologiques sur la façon d'évaluer la vulnérabilité des routes (Mattsson et Jenelius, 2015 Hackl et al., 2018) . La première est topologique et porte sur les caractéristiques des maillons du réseau routier. Il est basé sur la théorie des graphes, largement utilisée dans diverses disciplines, telles que l'informatique, la physique, la sociologie et les transports (Heckmann et al., 2015 Phillips et al., 2015) , dans le but d'évaluer et de comprendre les réseaux et leurs propriétés individuelles (Slingerland, 1981) . L'utilisation de la théorie des graphes dans les évaluations de la vulnérabilité des réseaux routiers signifie généralement se concentrer sur des bords (liens) et des nœuds de graphes spécifiques, leur criticité ou leur redondance pour refléter la résilience et les interdépendances entre les parties du réseau, ainsi que les effets en cascade potentiels (Pant et al., 2016 Rupi et al., 2015 Tacnet et al., 2013 Jenelius et al., 2006 Meyer et al., 2013) . Cette approche est cependant limitée par la réduction de la connectivité au sein d'un réseau, n'incluant donc pas les aspects comportementaux des utilisateurs du réseau de transport.

Un deuxième groupe de modèles comble cette lacune en considérant les propriétés des liens et les demandes de trafic sur les liens des réseaux de trafic. Les charges du réseau, ainsi que la dynamique de trafic appropriée, entraînent des altérations des propriétés du réseau, ce qui donne lieu à divers effets de réponse au stress qui peuvent également être observés dans le trafic réel. Ces modèles diffèrent par la granularité choisie et peuvent être divisés en modèles macro-, méso- et microscopiques (Treiber et Kesting, 2013 Hoogendoorn et Bovy, 2001) .

Modèles de trafic macroscopiques découlent du concept de théorie des flux et considèrent les densités de flux continus agrégés d'utilisateurs anonymes sur le réseau. Ils peuvent être appliqués pour trouver des états de charge d'équilibre au sein de ces réseaux, ainsi que pour décrire des effets dynamiques au sein du continuum d'écoulement. Leur application nécessite généralement la résolution de systèmes d'équations couplées. En revanche, les modèles de trafic microscopiques à grain fin considèrent chaque utilisateur du réseau de transport comme une entité individuelle (un agent, c'est-à-dire un véhicule ou un piéton) avec des détails d'interaction et des décisions distincts. Ces modèles sont implémentés en tant que cadres de simulation, itérant l'ensemble de l'évolution du réseau au fil du temps. Ainsi, les entités individuelles (agents) conservent leurs caractéristiques spécifiques tout au long de la traversée du réseau et peuvent donc réagir à différentes circonstances en fonction de ces caractéristiques. Les modèles de trafic mésoscopiques sont des hybrides entre les modèles macro et microscopiques. Elles sont moins fines et empruntent certaines caractéristiques aux deux approches, offrant une description moins détaillée dans le temps ou dans l'espace, mais aussi moins exigeante en termes d'exigences de calcul. Selon la mise en œuvre, les modèles micro- et mésoscopiques peuvent être « à base d'agents », conservant ainsi l'individualité de leurs agents tout au long de l'évolution du modèle. Une distinction conceptuelle plus détaillée des modèles à base d'agents concerne l'ordonnancement des demandes de mobilité. Des approches plus simples définissent des trajets individuels (ou multiples non liés) entre des paires origine et destination (« basé sur le trajet »), tandis que des cadres plus récents permettent l'expression de plans ou de chaînes d'activités d'agent (« basés sur réseaux de transport de la simulation.

Le changement entre les niveaux de granularité dans la description des entités du modèle est appelé (dés)agrégation pour (augmenter) les détails décroissants.

Avec la discrimination de modélisation fournie ci-dessus, les approches du deuxième groupe de méthodes d'évaluation de la vulnérabilité des routes permettent d'explorer les effets des événements de glissement de terrain sur une population donnée et ses sous-groupes en fonction de leurs besoins de mobilité. Les principaux inconvénients des modèles de trafic agrégés (macroscopiques) dans ce contexte incluent (1) la perte d'individualité de la population donc (2) un manque d'altérations comportementales et d'effets d'apprentissage co-dépendants des individus (3) décisions fondées sur des incidents (4) aspects plus moyens de l'espace, interdisant l'investigation d'événements localisés sans reconstruire le modèle global (par exemple, nouvelle structure de zonage) (5) lien avec les conséquences indisponibles de mesures sociodémographiques précises (6) modèles macroscopiques basés sur les déplacements , en considérant des trajets individuels au lieu de plans d'une journée entière et (7) des modèles macroscopiques qui sont adaptables au niveau croissant de détail disponible grâce à l'amélioration continue des données par la superposition de plusieurs modèles. Le choix d'un modèle de chaîne d'activité à base d'agents, qui intègre les aspects dynamiques de chaque agent, permet de surmonter ces limitations. L'évaluation de la vulnérabilité utilisant la modélisation du trafic de la chaîne d'activités permet des simulations qui intègrent de multiples phénomènes pour comprendre les interactions dynamiques du comportement humain et de l'environnement dans le sens des conséquences pour les ménages ou les systèmes socio-économiques plus larges.

Cet article se concentre sur les risques de glissement de terrain, qui compromettent à plusieurs reprises l'intégrité de l'infrastructure routière en causant des dommages structurels et des interruptions (Postance et al., 2017 Klose et al., 2015 Bíl et al., 2014) . Dans les Alpes autrichiennes, 1444 événements endommageant les routes rurales ont été enregistrés dans les provinces de Salzbourg (2007-2010) et de Styrie (2008-2011), et les coulées de débris et les glissements de terrain ont causé près de 50 % des coûts des dommages enregistrés (König et al. , 2014b) . Le potentiel de danger prédominant causé par les glissements de terrain est aggravé par les résultats de plusieurs autres études récentes qui ont montré que l'activité des glissements de terrain et donc les dommages associés augmenteront très probablement avec la progression du changement climatique (Schlögl et Matulla, 2018 Gariano et Guzzetti, 2016 Bíl et al., 2015 Klose et al., 2015 Strauch et al., 2015 König et al., 2014a Keiler et al., 2010) . Des résultats similaires sont disponibles dans d'autres régions de montagne (par exemple Postance et al., 2017 Unterrader et al., 2018 Meyer et al., 2015 Fuchs et al., 2013).

Jusqu'à présent, la plupart des études se sont principalement concentrées sur les réseaux routiers primaires (Postance et al., 2017 Taylor et al., 2006) et les zones urbaines (Gauthier et al., 2018) , tandis que les réseaux routiers fédéraux et locaux ont été largement négligés. Les routes de montagne, contrairement aux routes de plaine, sont très vulnérables en raison d'une probabilité plus élevée d'événements d'aléa liés au climat et des obstacles inhérents à la mise en œuvre de systèmes redondants (Schlögl et Matulla, 2018 Matulla et al., 2017 Schlögl et Laaha, 2017 Doll et al. ., 2014 Eisenack et al., 2011) . Par conséquent, appelés à tort « systèmes routiers oubliés », les réseaux routiers locaux relient en fait les communautés rurales de diverses manières - de la fiabilité de l'approvisionnement à la santé publique et au tourisme à toutes sortes d'économies. En outre, les questions principalement sur la réalisation technique de l'atténuation et l'entretien des routes ont été abordées, plutôt que les impacts sociodémographiques sur les communautés ou les sociétés exposées (Mattsson et Jenelius, 2015) . Ce document contribue en partie à combler l'écart en incluant l'ensemble du réseau routier. En particulier, la relation entre les infrastructures et le développement communal dans les zones de montagne n'est pas unidirectionnelle, ce qui signifie que seuls les premiers peuvent impacter les seconds, l'influence est bidirectionnelle (Jaafari et al., 2015) .

L'approche présentée est complémentaire aux études précédentes en raison de la prise en compte de plans de déplacements à la journée (par opposition à une focalisation sur les périodes de pointe de trafic sur le réseau étudié), ces plans découlant du modèle de chaîne d'activité des agents sous-jacent. Ce calendrier d'activités, qui dépend beaucoup moins des emplacements fixes, permet une réaffectation plus inclusive et plus flexible des besoins de mobilité et des demandes de trafic qui en résultent. Par conséquent, l'intégration de la recherche d'itinéraires de transport et de la satisfaction des besoins d'activité individuelle dans un seul cadre de simulation facilite une représentation plus détaillée et réaliste des charges de trafic sur le réseau. Nous démontrons une réponse méthodologique appropriée aux exigences prévisibles imposées par la précision croissante des données de mobilité disponibles, ce qui rend cette approche particulièrement pertinente pour les applications futures.

L'applicabilité de l'approche est démontrée par l'exemple du Vorarlberg, la province la plus occidentale de l'Autriche (Fig. 1). Tout en étant le deuxième plus petit État fédéral, la densité de population du Vorarlberg n'est dépassée que par la capitale autrichienne, Vienne, ce qui indique la nécessité d'un réseau de transport résilient. La principale artère de circulation dans cette région presque entièrement montagneuse est la connexion de l'Allemagne à l'ouest de l'Autriche, via la vallée du Rhin, Walgau, Klostertal et le massif de l'Arlberg. En dehors de cette liaison, réalisée sous forme d'autoroute (A14 et S16), les routes rurales prédominent dans la topographie à structure complexe du Vorarlberg. Parce que le Vorarlberg est presque entièrement entouré de zones montagneuses et d'une exposition considérable à des précipitations extrêmement élevées (avec des précipitations annuelles moyennes supérieures à 2000 mm), le système de transport du Vorarlberg est fortement exposé aux glissements de terrain. La combinaison de (i) étant caractérisé par une forte susceptibilité aux glissements de terrain, (ii) présentant une forte densité de population et (iii) le manque d'itinéraires alternatifs sur le réseau rural en raison de l'orographie montagneuse fait du Vorarlberg une étude de cas parfaite.

Méthodologiquement, l'approche présentée dans cet article est divisée en deux sections de modélisation :


Les études impliquant des participants humains ont été examinées et approuvées par le sous-comité d'éthique humaine (CHESC) du Collège des sciences, de la santé et de l'ingénierie (SHE) de l'Université La Trobe. Un consentement éclairé écrit pour la participation n'était pas requis pour cette étude conformément à la législation nationale et aux exigences institutionnelles.

JK et TS : conceptualisation et rédaction — préparation du brouillon original. JK, MS et TS : méthodologie, analyse formelle et enquête. JK, TS, MS, GR et TB : rédaction de la révision et de l'édition de —. Tous les auteurs ont contribué à l'article et ont approuvé la version soumise.


Remerciements

Nous tenons à remercier la Fondation Charles Darwin, la Direction du parc national des Galapagos (GNPD) et l'Universidad San Francisco de Quito (USFQ) pour le soutien institutionnel et pour nous avoir accordé la permission de collecter les échantillons utilisés dans cette étude. Nous remercions également l'Universidad San Francisco de Quito (USFQ) et le Galapagos Science Center (GSC) pour avoir fourni les installations nécessaires au traitement et à l'analyse de l'information. Nous remercions tout particulièrement l'équipage du M/V Ocearch, le M/V Valeska et le pêcheur local, M. Nelson Ibarra, pour leur expertise et leur expérience inestimables. Cette publication est la contribution numéro 2286 de la Fondation Charles Darwin pour les îles Galapagos.


Voir la vidéo: #Video Importer un fichier excel sur Qgis en deux cliques, How to import excel file into qgis